Chercher

avocat + mascara

Catégorie

Workout

Maslow et moi

Lorsque je fais face à une croisée des chemins ou un choc dans mon train-train quotidien (comme immigrer dans un autre pays ou devenir maman), je me questionne sur ma vie. Les grandes questions, vous savez, du genre quelle est ma raison d’être pendant mon passage sur cette planète ?

À tout coup, les grandes questions finissent par m’évoquer la pyramide de Maslow, qui représente la hiérarchisation des besoins de l’être humain. En marketing, on y fait souvent référence. Lorsque j’étais aux études, l’ultime besoin à combler, qui figurait au sommet de la pyramide, était l’accomplissement. La quête de cet aboutissement (doublé d’une touche d’intuition) aura guidé presque tous mes choix de vie jusqu’à présent, tant sur le plan personnel que professionnel.

Pour le plus grand plaisir de la dork de croissance personnelle en moi, je suis récemment tombée sur une version actualisée de la pyramide, qui comporte un nouveau sommet : la transcendance, soit le fait d’aider les autres à s’accomplir. Ça m’a tellement interpellé ! Aider les autres, ou simplement être témoin de leurs réussites, ça me nourrit. C’est la loi du karma : plus on donne, plus on reçoit en retour. Quand on tombe en mode don de soi avec intégrité, on est soudainement envahi d’empathie pour ceux qu’on soutient et inondé d’une bouffée de gratitude envers la vie. Le cœur s’ouvre un peu plus chaque fois où l’on tend la main et un nouveau sourire brille dans le monde. Une vague d’humilité remplace un trop-plein d’amour propre. Ou devrais-je plutôt dire replace l’amour propre, qui, bien dosé, procure la confiance, la sérénité et le courage qui sont requis pour mettre de côté son propre intérêt personnel une fois de temps en temps. Le fait de donner serait-il la clé de la paix dans le monde ? Peut-être ; à ajouter à ma liste de grandes questions perhaps.

Une carrière en relations d’aide aurait pu m’intéresser mais j’ai bien peur que l’éternelle optimiste que je suis aurait trop souffert à m’entretenir à la journée longue avec des gens qui ont mal, tout le temps.  À chacun ses limites je suppose. En quête d’un emploi qui embrasserait interactions humaines et créativité au quotidien, j’ai choisi le marketing, une discipline qui se rapporte d’une certaine façon à la psychologie. Les comportements des gens dans le cycle décisionnel d’achat, c’est ce qui me fascine le plus à propos de ma profession (ayant comme finalité les profits, on ne se le cachera pas). La première étape de ce cycle est la détermination du besoin du consommateur. À partir de là, on travaille à élaborer une solution novatrice, qu’on mettra ensuite en marché. Eh bien je dois avoir le marketing dans la peau car je fais ça dans ma vie personnelle aussi. Quand un ami me partage un souci, j’ai tendance à vouloir décortiquer la situation, à l’analyser et à proposer des outils pour l’aider à progresser… parfois sans même qu’on me le demande (un peu intrusive malgré moi). Que voulez-vous, je suis frappée par un besoin viscéral de partager tout ce que je connais qui pourrait venir en aide. Je le fais de façon assez crue en fait. Certains apprécient cette candeur, d’autres moins. Certains contextes se prêtent mieux à mes interventions que d’autres. Avec l’âge (du haut de mes 30 ans LOL), j’apprends à faire preuve de discernement et à me prononcer uniquement lorsque je pense pouvoir procurer une réelle valeur à mon interlocuteur. Ceux qui me connaissent (même juste un petit peu !) savent que ma faiblesse, c’est la prise en charge de sa santé. C’est une mission de vie, rien de moins !

Pour revenir à la pyramide, je me suis demandé comment je m’y prendrais pour m’élever au niveau de la dite transcendance. Un retour aux études en nutrition, naturopathie ou kinésiologie ? J’adore mon travail actuel et bien évidemment je souhaite entretenir le sentiment d’accomplissement et la dynamique d’équipe qu’il me procure alors un changement radical de carrière est hors de question.

Aider mes pairs à cerner leurs besoins santé, répertorier des articles pertinents, agir à titre de pilier entre eux et divers experts pouvant leur venir en aide, motiver les troupes et les aider à garder un focus sur leurs aspirations en les disciplinant doucement, le tout dans un cadre amical ? Ça, je peux faire ça. Scratch that –Je fais déjà ça dans mes temps libres. Et savez-vous quoi ? J’ai constaté récemment que c’est précisément le rôle d’un coach Beachbody, ce géant du fitness qui mise sur le partage de saines habitudes de vie via un réseau de passionnés qui tiennent des défis de remise en forme sur les médias sociaux. J’en suis à mon 2e défi depuis mon accouchement et les résultats jusqu’à présent, sans parler de ma motivation de feu, sont juste WOW ! Avec mon focus, ma discipline et mes entraînements jumelés à ma pratique de yoga, je devrais être capable de faire ça à nouveau dans pas si longtemps 🙂 #fitnessgoalno1

but

J’ai donc fait le saut, je suis maintenant Coach Beachbody avec l’intention d’infuser à mes groupes astuces en nutrition naturelle, philosophie grano, et encouragements à respecter le rythme de son corps à travers une transformation physique certes, mais intérieure d’abord. Un peu à la façon dont j’enseignais le yoga, seulement sans avoir à sortir de la maison et sans quitter ma Sasha des yeux… l’équilibre que je convoite tant à cette période de ma vie !

Je partagerai mon expérience en tant que cliente de Beachbody depuis 4 ans dans une autre publication mais pour toute question d’ici là, n’hésitez surtout pas 🙂

Advertisements

Une année toile d’araignée

Une toile d’araignée. C’est l’image qui me vient immédiatement à l’esprit pour illustrer l’année à laquelle j’ai dit au revoir lundi dernier. Une multitude de fibres se croisant dans toutes les directions. Des étages d’effort acharné ayant tissé une structure tellement fragile. Encombrante, effrayante parfois.

D’un œil plus sage, cette même toile d’araignée est aussi est pas mal rusée (capturer les nutriments et filtrer ce qui n’est pas vital -comme un organe humain- c’est pas rien!). Elle possède la flexibilité nécessaire pour se rendre du point A au point B en contournant les obstacles, peut être abimée mais sera instinctivement régénérée par son « propriétaire ». À bien y penser, la toile d’araignée ne mérite pas la mauvaise réputation qu’on lui donne. Elle est en fait une fondation parsemée de crevasses et d’imperfections nuancées qui permettent à l’araignée de forger son chemin vers bug knows where !

L’année passée, j’en ai tellement découvert sur moi-même, tellement! C’est en raison de cette accumulation de petits défis convertis en apprentissages (i.e. toile d’araignée) qu’aujourd’hui, j’ai d’autant plus confiance en Karine. En 2012, j’ai arrêté d’avoir peur. Peur de ne pas réaliser ma vision, peur que mon bonheur s’écroule sous mes pieds, peur que les gens qui m’entourent soient malheureux, peur de manquer quoi que ce soit, peur de ne pas être capable de dealer avec des situations difficiles. Fini de m’inquiéter à propos de ce qui se passera demain. Je choisis de planer dans le moment présent avec simplicité et calme.
Sur ce, mon mantra/intention pour l’année 2013 : Peace starts here

peace starts here
Parce que si on a la paix dans son coeur, on a tout le reste : ) Le courage de gravir les montagnes, l’amour propre qu’il faut se porter afin d’aimer généreusement les autres, la capacité d’observer sans porter de jugement… le bonheur, quoi!
Pour conserver ce mantra en pensée, tout près de mon cœur, à tous les jours de l’année, je promets de m’offrir du temps. Si quelque chose m’a manqué en 2012, c’est bien le temps. Grâce à mon année-toile-d’araignée, je réalise que j’ai besoin de temps pour moi. Oui, oui, j’ai à peine 26 ans et demi et je suis sans enfants. Pas besoin de me justifier et surtout, pas besoin de wake-up calI épeurant. Je suis assez grande aujourd’hui pour comprendre que le Me-time est le seul remède qui saura me sauver la peau à travers les hauts et les bas de la Vie.
Dans le but de cultiver la paix dans mon cœur en 2013, je me suis fixée quelques résolutions :
1. Aller au lit plus tôt, dormir davantage et me réveiller plus tôt afin de me recentrer, first thing in the morning : yoga, méditation, séance de spinning ou d’entraînement, tasse de thé au lit. Alléluia!
2. Prendre part à des retraites, loin des obligations du quotidien. Ma première retraite de pur plaisir en 2013? Celle-ci, offerte par JUNA YOGA (inclut séances de yoga, nuitées, repas, billets de remonte-pente, location d’équipement de ski/snow et amitiés pour la vie!). Tentant, n’est-ce pas? Il reste de la place, allez, accompagnez-moi dont!
3. Nourrir mon corps et mon esprit d’aliments détoxifiants, alcalins et anti-inflammatoires. Je consomme généralement 1 à 2 repas cru par jour. Suite à la Cure Détox BALNEA, que j’ai complétée avec brio cet automne, j’ai vu mon niveau d’énergie grimper en flèche. Et mes petits maux, bien qu’ils se faisaient déjà rares, sont complètement disparus. En 2013, je miserai donc sur une alimentation principalement vivante : 2 repas crus sur 3 ce sera! Pour une intro sur l’alimentation vivante et sur le processus de détoxification de l’organisme, je vous encourage à vous joindre à moi au lancement de la Cure Détox BALNEA d’hiver.
Et vous, quelles sont vos intentions pour la nouvelle année?
PEACE XO

Ma rentrée scolaire | Automne 2012

La rentrée scolaire me manque, bon. À l’époque, l’école était plus une obligation qu’autre chose. La passion n’était pas tellement là, malheureusement (comme vous l’avez appris dans un billet précédent). Aujourd’hui, je réalise que c’était du bon temps pareil… surtout à la rentrée! Confectionner mon outfit de la première journée, écouter les périples estivaux de mes classmates, décider avec qui je ferai mes travaux d’équipe… tellement excitant!

Cet automne, je retourne à l’école! Une école où j’ai extrêmement envie d’aller, cette fois! Cet automne, je participe à la formation de professeur de yoga du renommé studio montréalais Naada Yoga : )

Follement amoureuse du yoga, je contemplais l’idée depuis plusieurs mois déjà mais étant « pognée » entre le Vermont et Montréal, c’était difficile de simplement sauter à pieds joints dans un programme à long terme, sans savoir où je finirais quelques mois plus tard. Lorsque j’ai pris connaissance du Naada Yoga Teacher Training (NYTT) d’une durée de 200 heures condensées à l’intérieur de 4 mois, je suis tombée sous le charme!

«La formation de professeur Naada Yoga regroupe des instructeurs de renommée internationale dans un concept d’apprentissage ouvert. Nos instructeurs dévoués ont travaillé en collaboration pour développer un programme qui promeut le yoga comme une activité vivante et en perpétuelle évolution dont les multiples aspects permettent de mieux servir les individus et les communautés, peu importe où ils se trouvent.

La communauté d’enseignement de Naada Yoga comprend des adeptes inspirés et curieux qui désirent cultiver leurs habiletés et transmettre cette expérience vivante à d’autres. Peu importe si vous planifiez enseigner ou désirez approfondir votre pratique personnelle, les programmes NYTT sont idéals pour vous. Nous accueillons toute personne qui a une passion pour le yoga à étudier et à apprendre avec nous.

Les programmes de NYTT favorise un étude approfondie de la pratique du yoga tout en vous permettant de maintenir vos engagements au travail, à la famille, à vos études, et à vos autres activités. Tous les programmes de formation de professeur sont offerts en formule temps partiel et sur le week-end. Les programmes sont modulaires et vous pouvez compléter votre programme à votre gré. » – Tiré du site web de Naada Yoga

Ce que je connaissais – en théorie – à propos de la formation de professeur Naada Yoga était déjà très alléchant. Suite à quelques pratiques inspirantes en studio (où j’ai pu découvrir leur style d’enseignement et enrichir ma pratique personnelle grâce à de nouveaux apprentissages- yayy!), je savais ce qui me restait à faire : m’inscrire sans plus tarder. Je pense bien que c’est l’une des meilleures décisions que j’aurai jamais prise- j’en ai des papillons dans le ventre.

Likez Naada Yoga sur Facebook : )

Bonne rentrée à tous les étudiants inscrits à l’école de la vie!

Le Guide Conscience Verte 2013

Ça ne paraît peut-être pas vite de même, mais je suis excellente en matière de magasinage! Détrompez-vous- je ne suis pas du genre à m’acheter n’importe quel morceau à la mode (quoique j’aimerais bien, mais je suis broke- oh well).

Ma définition d’une pro-shopper : personne capable de planifier une séance de magasinage (déterminer objectif et budget) et d’accomplir sa mission en s’en tenant au plan initial, i.e. ne pas partir en fou (buster son budget et revenir avec des sacs remplis d’items non-réfléchis). Encore une fois, c’est pas que j’en ai pas envie- j’ai, moi aussi, déjà rêvée d’être la BFF de Carrie dans Sex And The City. C’est juste qu’aujourd’hui, j’ai tout plein d’autres priorités bien plus excitantes que de posséder la nouvelle sacoche dont tout le monde parle. Pas le choix, faut faire ses choix. Life is trade-off,comme un de mes profs à la maîtrise disait : )

Mes autres aspirations sont tellement HUGE que je ne peux simplement pas me permettre de magasiner (dépenser, devrais-je dire) comme je le faisais autrefois. Mes boutiques de linge préférées? Les magasins à rabais (ou ceux ayant des sections de marchandises en vente). Je crois fermement que les Winners de ce monde possèdent une trouvaille unique pour toute occasion (et pas cher, pas cher, en plus)! Pour des achats de plus grandes envergures (meubles, pièces d’art, cadeaux, voyages, abonnements, articles de sport, services professionnels), je fais mes devoirs et m’aventure dans des endroits plus sélects- qualité, bon goût et responsabilité sociale passent avant tout lorsqu’il s’agit d’investissements plus importants.  Oui, je suis prête à payer plus cher pour un produit/marque/fabricant correspondant à mes principes et convictions, mais dépenser beaucoup de sous me donne toujours un petit pincement au cœur…

Imaginez mon euphorie lorsque j’ai découvert Le Guide Conscience Verte, un outil de référence parfaitement harmonieux avec ma mission de vie, yayy!

« Votre “tout en un”.

Le Guide Conscience Verte est à la fois un superbe répertoire bilingue d’entreprises focalisant sur un mode de vie sain, tout en étant un livre de rabais valant plusieurs milliers de dollars.

Vous y trouverez de tout, notamment des produits naturels que vous pouvez acheter un peu partout, des épiceries santé, restaurants, studios de yoga, spas, boutiques de vêtements éthiques et beaucoup, beaucoup plus.

Plusieurs organismes et entreprises figurant dans le Guide offrent des produits et services équitables, biologiques, sans toxines et faits localement. » (extrait du site web)

N’est-ce pas génial, comme idée? Un répertoire à rabais éthiques! Le mien vient tout juste d’arriver chez nous et rien qu’en le parcourant, j’ai découvert une dizaine de détaillants auxquels j’ai très très hâte de payer une visite!

Procurez-vous le vôtre dès aujourd’hui et faites-moi part de vos coups de cœur, sisters!

Road trip à mon goût à moi

Je suis à Cape Cod depuis dimanche. La grand-tante de Gerik (mon homme) a une maison d’été ici et on a la chance d’être invités à passer une semaine au paradis de la Nouvelle-Angleterre à chaque mois d’août. C’est tellement charmant, le Cape. Maisons colorées, jardins parfumés, galeries d’art/cafés sympathiques, variété de restos avec vue sur la mer, rien de moins!

La belle-famille a ses traditions, qu’on prend bien soin de répéter à tous les étés pour refaire jaillir de vieux souvenirs. So sweet! Ça inclut généralement: gros déjeuners irlandais tard en matinée, Nauset Beach (la plage préférée des touristes), Seafood Sam (un comptoir rapide où l’on sert des fruits de mer- frits plus souvent qu’autre chose), mini-put au Pirates’ Cove (de loin mon highlight des vacances!). Ces traditions sont trippantes (pour de vrai!) mais cette année, c’est plus fort que moi- je ne peux pas faire taire la bibitte-santé qui vit en moi! Contrairement à moi, yoga, workout et bouffe végé+bio ne prennent pas de vacances.

Le hic, c’est que je suis une invitée très classy et reconnaissante- la dernière chose que je souhaite, c’est d’offusquer mes hôtes en voulant faire à ma tête. Cependant, faire à sa tête + demeurer authentique à la personne qu’on est = pur bonheur. Pas question que je m’en passe ! Par chance, j’ai une belle-maman très free-spirited qui nous encourage à faire ce dont on a envie (parce qu’elle-même n’aimait pas trop avoir à suivre l’horaire préétabli par sa tante dans son jeune temps).

Voici quelques activités/découvertes santé que je suis parvenue à plugger dans mon agenda jusqu’à maintenant :

Souper sans gluten: Grâce aux applications comme Urbanspoon, trouver un resto selon des critères bien définis = a piece of cake! Après 5 heures de route dimanche, Gerik et moi avions le goût d’une bouffe digne de notre cuisine à nous. J’ai trouvé le Cape Cod Chat House, une galerie d’art qui confectionne des petits plats pour tous les goûts. On a été servi par le proprio, qui m’a même donné sa recette de gazpacho en me voyant la dévorer tout rond. J’ai aussi fait le plein de muffins aux bananes et zucchinis sans gluten de la veille (1$ seulement, une vraie joke!).

Run, Karine, run! Y’a rien de plus facile que de mettre son cadran 30 minutes plus tôt que les autres et de jogger autour du voisinage avant même que la journée ne commence. Faut juste un peu de discipline, rock stars!

Power Yoga of Cape Cod: Une amie qui habite à Boston avait déjà mentionné ce studio situé à quelques minutes de la maison. Étant donné que 4 pratiques sont offertes par jour, aucune excuse n’aurait été bonne pour ignorer ma pratique sacrée! Mis à part le fait qu’on était 50 yogis squeezés l’un sur l’autre avec à peu près pas d’espace pour lever les bras, dans une salle chauffée dans le tapis, ça aura totalement valu le coup. Namaste!

Road trip culturel à Provincetown : L’an passé, on avait passé une courte journée pluvieuse à Provincetown, au bout du Cape. J’avais adoré cette petite ville remplie de cachet et reconnue pour sa gay pride. La vibe bohémienne s’est emparée de nous aussitôt qu’on a mis le pied en ville. Les gens sont visiblement heureux, c’en est contagieux! Impossible de ne pas avoir le sourire aux lèvres en parcourant les petites rues piétonnières qui inspirent paix, amour et de simplicité.

Ce qui reste à venir:

Randonnée de vélo : Demain, on part pour les trails longeant le canal! Rien de mieux qu’un décor marin pour joliment faire pomper son cœur quelques heures durant. À suivre!

Community yoga gratuit : Dans la plupart des centres urbains, on peut trouver un studio de yoga offrant un cours gratuit par semaine. C’est une excellente façon d’encourager les locaux à s’initier au yoga un petit plaisir gourmand pour les touristes amateurs de yoga!

Concert sur la plage : La musique est généralement center stage dans les guides touristiques ou calendriers d’évènements souvent affichés sur les murs des commerces. C’est dans un de ces guides qu’on a pris connaissance d’une série de concerts qui ont lieu tous les jeudis à Nauset Beach. Danser sur la plage? Yes, please : )

Avez-vous déjà visité Cape Cod? Je retourne au Vermont vendredi, alors envoyez-moi vos coups de cœur ASAP!

Yoga + Vélo/Surf/Ski/Snowboard = Heaven!

« RESPIRER. RESSOURCER. ALIGNER. ÉLEVER. AIMER.
CENTRER. TROUVER. LAISSER ALLER. CONNECTER.
DÉVALER. MONTAGNE. OCÉAN. RENOUVELER. »

Je ne sais pas pour vous mais ces mots me font un bien fou ! Ensembles, ils inspirent simplicité, créativité, collaboration et équilibre = HAPPINESS : )

Ces mots représentent aussi le core  de JUNA Yoga, un petit bijou québécois (Mont-Tremblant, plus précisément) qui rallie la pratique traditionnelle du yoga avec la vie en pleine nature.

Extrait du site web : « Juna Yoga a été fondé par Nadia Bonenfant, une professeure de yoga inspirée du Prana Flow au Mont-Tremblant (Québec). La philosophie de Juna Yoga s’inspire des deux passions de Nadia : le yoga et le plein air. Juna vous offre ainsi des retraites variées qui unissent ces univers complémentaires. Les retraites YOGA+SURFMontauk et Tofino) vous ferons découvrir des destinations maritimes énergisantes et apaisantes. Les retraites YOGA+VÉLO et YOGA+SKI/SNOWBOARD vous donneront l’occasion, quant à elle, de vous ressourcer au cœur des montagnes. »

Euhhhh. Je ne pense pas qu’il puisse exister quelque chose de plus heavenly que ces combinaisons de purs bonheurs !!! If you thought it couldn’t get any better, JUNA Yoga fait même partie de 1% For The Planet! Généreuses, les madames, et on adore ça!

Pour demeurer à l’affût des nouvelles, projets et retraites de JUNA Yoga, visitez la page Facebook de JUNA Yoga. Si, comme moi, vous êtes déjà accro à leur mission, likez et partagez la page avec vos BFF, mamans, sœurs, etc. ; bref, aidez-nous à remplir le « le vortex de « goodness » pour la communauté de yoga » dans notre bout de pays! (Quote credits :Nadia Bonenfant elle-même :)!).

PS : La retraite de YOGA+VÉLO à Tremblant approche à grands pas (1-2 septembre)- réservez votre place dès aujourd’hui !

Vous ne serez pas déçue : )

Running rookie et fière de l’être!

Contrairement à bien des gens que je connais, je suis du genre à sous-estimer mes habilités physiques plutôt que de les surestimer. Je ne veux juste pas avoir l’air de la rookie quand j’essaie quelque chose de nouveau, même si tout le monde doit commencer à quelque part. Ma vieille stratégie? Essayer des nouveaux trucs en secret- lame, je sais. Ce n’est pas tellement de l’orgueil- je n’ai pas peur du ridicule (bien au contraire- je peux être assez silly, merci!). C’est juste que j’ai le don de m’entourer de sportifs hardcores qui m’intimident un peu, beaucoup, mettons.

Gerik (mon mari, pour ceux qui ne me connaissent pas) vient d’une famille de sportifs/plein air hardcore. Il a grandi sur un vélo de route et des skis, tandis que son père travaillait pour la magnifique montagne Killington, VT. Gerik était supposément un enfant prodige (c’est ce que mom & dad disent, du moins); le genre de kid qui aurait fini aux championnats nationaux de plusieurs épreuves si l’adolescence n’avait pas fait des siennes. LOL. Il s’est quand même classé 12e aux 2008 National Championships en Boardercross (fière la fille, hein?). Bref, mon beau-père a quitté Killington pour se partir en affaires et ouvrir Alpine Options, l’un des magasins de ski/snowboard les plus convoités du Vermont. On passe énormément de temps à la boutique. Tout le monde est si agréable et on a toujours droit aux meilleurs snow reports avant de se rendre à la montagne (Sugarbush). D’après vous, quel type de monde fréquente les magasins de plein air de façon tellement régulière qu’ils deviennent vos amis? Des sportifs hardcores.

Il y a eu une période où je ne voulais pas me joindre au groupe qui allait hiker Camel’s Hump- un sommet entouré d’une des plus belles vues ever– de peur d’être à bout de souffle, morte, bien avant d’arriver en haut. Triste, non? Ça a duré jusqu’au jour où j’y suis allée toute seule avec mon chum (le hardcore). Surprise, surprise- c’est moi qui devais m’arrêter afin que LUI reprenne son souffle. Depuis, je n’hésite plus une seconde à graver les Green Mountains, avec ou sans amis hardcores. Après une montée de plusieurs heures, je suis toujours récompensée d’une vue dé-bi-le et de voir la grandeur qui m’entoure me garde les 2 pieds bien ancrés sur terre.

Pendant de nombreuses années, j’ai approché la course à pied de la même façon. Je ne voulais pas faire de jogging parce que j’aurais mal aux genoux et que mon cardio était horrible (selon moi). J’avais souvent « essayé » de courir sur le tapis roulant et je ne durais pas 5 minutes! Récemment, j’ai décidé qu’il était temps de me prendre en mains, une fois pour toute. J’ai donc utilisé ma « tactique » et je suis allée courir sur le bord du fleuve en secret, avec ma sœur chérie. Résultat? J’ai tout simplement ADORÉ! Je n’ai pas eu à reprendre mon souffle trop souvent et le mal de genoux ne s’est même pas pointé. À la fin de notre circuit, j’avais déjà hâte à ma prochaine date avec mes (futurs, nouveaux) souliers de course.

Voici mon top 5 des trucs que j’ai nouvellement acquis, en tant que running rookie et fière de l’être (pour une fois!)

  1. Choisissez des souliers de course confortables et adaptés à votre forme de pieds. Chez votre détaillant favori, un commis devrait être en mesure de recommander quelques options adéquates (sinon, ça ne devrait pas être votre détaillant favori 😉
  2. Allez-y mollo. Réchauffez-vous avant chaque session. Aussi, pas besoin de courir pendant 30 minutes straight au début. Des intervalles de 30 secondes de jogging, 1 minute de marche sont excellents pour s’améliorer graduellement.
  3. LOOK FABULOUS! Toujours. Pourquoi ne pas investir en vêtements capables de vous tenir au sec autant que possible? Si vous suez autant que moi, évitez les vêtements en coton- ça retient la sueur et peut donc causer irritations et ampoules. Ouch.
  4. Planifier! C’est motivant de connaître vos distances parcourues et de changer de paysage de temps à autre. Aussi, assurez-vous de prendre une journée de break entre chaque session de jogging. Comme avec toute autre activité physique, vos muscles ont besoin de repos.
  5. Buvez beaucoup d’eau. Ça va de soi. L’eau de noix de coco est une autre option délicieuse qui contient aussi des électrolytes- drink up!

Rappelez-vous:

« No matter how slow you go, you are still lapping everybody on the couch! »

– Source inconnue 🙂

Bienvenue!

C’est aujourd’hui que débute ma nouvelle aventure! Yééé!

Ici, j’essaierai de répertorier une panoplie d’expériences personnelles et d’astuces écolo pour les femmes comme moi:

Radieuses. Hyper occupées tout en voulant demeurer zen. Self-proclaimed FABULOUS! (Un peu, beaucoup fières?). Amateures de bouffe santé… et gourmandes, parfois. Last but not least– soucieuses de leur look & de la planète.

Avec chacun de mes posts, mon but sera de susciter votre intérêt en ce qui a trait au tout-wellness (ou mieux-être):

La nutrition holistique, la self-motivation, les trucs beautés de grand-mères, les médecines alternatives et le pouvoir qu’ont votre corps sexy et votre esprit curieux à vous transformer en une personne dont vous tomberiez amoureuse!

Up ↑