Chercher

avocat + mascara

Catégorie

Wellness

My Mama-Bear Care Reminder

Before becoming a mother, I started teaching yoga. One of the aspects that I enjoyed the most about it was the messages I was able to relay to my students. I used to spend more time developing the theme, than the actual asana (the postures) portion of my classes. It had become my main creative outlet, I absolutely loved it! But it took a while to get there.

To convey their wisdom, my teachers seemed to find inspiration in their life story. I always felt a bit fruity in comparison, as if I was lacking in the life-changing challenges department. Don’t get me wrong, I consider myself blessed that most of my life has been a pretty smooth river. But I did struggle to find my voice, I felt very vulnerable opening up. It’s when I stopped trying so hard (I was exhausted and as self-conscious as ever) and decided I would teach from a place of joy that I finally started gaining in confidence and having fun with it (otherwise, why do it to begin with!).

From then on, my themes came a bit more naturally and I started to take delight in intertwining them with the physical practice, relating them to the human anatomy, yoga philosophy, and such. The mind-body-spirit connection suddenly made more sense to me and I could feel my students being more receptive to the practice, teaching me truly what the union of yoga is. Towards the end of my first year of teaching consistently, I understood the value of being a ‘teacher’ and it was the most humbling experience.

And then I became pregnant and my newly found calming, introspective qualities went on to growing that very special soul inside of me. I stopped pouring my heart out teaching and sent all the love I had to give down into my belly.

12473513_10156507026895608_5046990975555391854_o

When I gave birth, I met an infinite source of inspiration and shortly after, I rediscovered a creative outlet I had forgotten about: writing. When I gave birth, I also ‘signed a lifelong contract with anxiety’, as a friend of mine once told me. I was expecting to deal with the sense of fear and anxiety that comes with caring for someone else’s life. What I had not anticipated was their paralyzing weight, which seemed even heavier under sleep deprivation. Over the past few months, working out has been a wonderful stress reliever but the end of my maternity leave has added a bit of pressure to the whole thing.

The other night, I had the wonderful opportunity to listen to an exclusive webinar with Elizabeth Gilbert, the author of Eat Pray Love. She was sharing that her deepest wish for humanity was for women to be totally relaxed, at ease. Her speech lit up something inside me, just as teaching yoga used to. It reminded me that in order to feel less scared, more grounded and at peace, I have to act from a place of joy. Aside from my family, what makes me the happiest is sharing how I find my own joy, which is by putting myself first. It might sound selfish but to be happy and at ease, I must continue to put myself first despite the many (absolutely, obsessively beautiful therefore difficult to avoid) roadblocks of motherhood. Sure, my daughter fills me with happiness. But my true joy is only possible in a place where guilt does not exist. My joy depends on my capacity to forgive myself. My joy starts with me.

After that webinar, I wrote what follows to have something to go back to when shit hits the fan. I am my best teacher. So here it is, my letter from me to me, my mama-bear care reminder :

If you love yourself, you’ll invest in yourself

If you love your family and your children, you’ll invest in yourself

If you want to live a fulfilling life, you’ll invest in yourself

You have the power to take that step for yourself

It’s a conscious choice. Choose carefully.

When you’re healthy, happy and calm

You’re a better version of yourself

A better lover, a better parent, a better human

Invest in yourself

Take care of your most precious possession: your health

Continue to pay a higher price for higher nutrition

Even if that means less money for stuff that sounds way more interesting and exciting

Investing in yourself means saying no

It’s knowing that everything good comes at a price

That it’s a trade-off

You’ll trade something bad for something good

That’s the easy part

You will also have to trade something great in order to achieve what’s even better

If you truly love yourself, and listen to your inner voice

You’ll find the strength to let go when needed

That voice knows what you need, what you want deep inside, and it’s screaming

You may not hear it very clearly because of the layers of noise all around

If you love yourself, you’ll make a conscious, consistent effort to quiet that noise

In order to hear that seemingly small voice that has such an enormous message for you

Invest in experimenting with the variety of tools that might help you achieve that stillness

Because there is no ending to the most important mission of your life: your wellbeing

You will find what works for you

If you love yourself, you will trust the process and believe in what you can achieve

If you love yourself, sky truly is the limit

Love yourself, choose yourself, believe in yourself

Perhaps one day I will feel confident enough to publish such a text without the foreword explaining where it comes from. Because it does still feel like I need to explain or justify myself. Like anything else, it’s a work in progress I suppose!

May our soul seeking, heart growing, philosophical thinking, and endless curiosity never cease to teach us about life 🙂

Well.ca – Mon top 10 gourmand

« Tu ne connais pas well.ca ? QUOI ?!?!?! ». C’est une ligne que je répète pas mal depuis les 10 derniers mois. Sauf que j’oublie que moi non plus, pré-bébé, j’en n’avais jamais entendu parler.

Well.ca, c’est ma caverne d’Ali Baba. Je me suis retrouvée sur le site par le biais d’une recherche Google quand j’étais en quête de couches Honest en vente au Canada, avant d’adopter les couches lavables (récit de mon aventure à ce sujet bientôt bientôt !).

Quand j’ai accouché, j’ai oublié que des fois, il faut renflouer la maison des items pharmacie. Je vous jure, on n’a jamais autant manqué de papier de toilette ou de pâte à dents que pendant les premières semaines post-partum ! Même chose pour l’épicerie. On a continué de manger clean & green – le rayon des fruits et légumes est la seule section qu’on fréquente de façon régulière au marché. On s’est toutefois vite retrouvés vidés du reste… vous savez, les items dans le placard qui ajoutent du piquant, qui aident à rester créatif dans la cuisine. Nos ingrédients chouchous qu’on se procure quelques fois par saison et qui durent assez longtemps. Je parle par exemple de café, d’un mix d’assaisonnement, de lait végétal, de graines/noix, de vitamines, de collations …  bref de la variété requise pour s’alimenter sainement et savoureusement.

Mon obsession pour le site web et son côté juste trop pratique pour les nouvelles mamans qui ont peine à sortir de la maison ont fait en sorte que c’est devenu mon cadeau de shower  no1. Tout récemment, une bonne amie à qui j’avais offert une carte-cadeau m’a demandé de lui partager mes incontournables du département bouffe. Je fais donc d’une pierre 2 coups en vous les partageant, pourquoi pas !

Petit disclaimer d’entrée de jeu : dans ma liste se retrouve ce que je consomme réellement presque au quotidien. Je ne m’improvise pas nutritionniste là !  Je vous partage plutôt ce qui se retrouve dans mes armoires, ce dont je ne peux me passer, les choses que j’achète en tellement grande quantité que je pourrais remplir un bunker pour mon voisinage héhé.

TOP 10

  1. Poudre de cacao cru

J’en mets PARTOUT J Dans mes smoothies, dans mon gruau, sur mes patates douces, dans mon yogourt, dans des biscuits et j’en passe. C’est bourré d’antioxydants et ça satisfait généralement ma dent sucrée !

  1. Pois chiche en canne de marque Eden sans BPA

Étant principalement végé et bien consciente de la nécessité des fibres dans mon alimentation pour conserver un transit intestinal top shape, j’affectionne toutes les légumineuses mais particulièrement les pois chiches, que je trouve plus croustillants que leurs cousins. Attention aux produits en canne : ces dernières laissent souvent fuir des BPA (qui fouttent en l’air la job des glandes endocrines). La marque Eden propose des produits en canne sans BPA alors je n’achète que ça depuis plusieurs années.

  1. Cannelle bio

Je la mets partout où je mets du cacao héhé. Elle est connue pour activer le métabolisme aussi alors raison de plus de l’adopter !

  1. Choucroute

J’adore les trucs marinés. Les pickles, les câpres, les p’tits oignons… mais surtout la choucroute ! Ce qui la différencie des autres, c’est le fait qu’elle est crue, c’est-à-dire que les bactéries bienfaisantes (probiotiques) qui ont servi à la fermenter sont encore présentes dans le pot. Un must pour la flore intestinale et délicieuse en salade.

  1. Braggs’ Liquid Aminos

Une version plus santé de la sauce soya, que j’ai découvert pendant mon séjour au Vermont. Elle est composée de soya également sauf que contrairement au tamari et à la sauce soya classique, elle contient les acides aminés qu’on retrouve dans le soya, donc possède une valeur nutritive plus intéressante. Je la mélange avec huile d’olive, vinaigre de cidre de pomme, moutarde, levure alimentaire et sirop d’érable pour la meilleure vinaigrette à salade de tous les temps.

  1. Flocons d’avoine entière bio

Pour faire mes overnight oat bowls, mon gruau, la farine céréale de ma fille, épaissir mes smoothies, faire des biscuits… what else ? Étant un grain entier, elle se métabolise lentement donc procure un sentiment de satiété plus longtemps, en plus de posséder une caractéristique réchauffante selon l’Ayurvéda (plus là-dessus à venir !). Un incontournable surtout en saison froide.

  1. Eau de noix de coco King Island

Les différentes marques d’eau de noix de coco varient énormément au goût. Si vous êtes de ceux qui n’aiment pas ça, essayez la marque King Island. Elle conserve le côté sucré qu’on retrouve dans le fruit, sans toutefois avoir cet arrière-goût/texture grasse et bizarre que d’autres marques laissent en bouche. Post-entraînement, dans les smoothies, sur la route, lorsqu’on combat un virus ; ses électrolytes naturels sont toujours les bienvenus (jetez-moi ça, ce Gatorade-là !).

  1. Graines de citrouille bio

Je consomme cette source de bon gras en collation ou pour décorer soupes, salades et gruau. Beaucoup plus goûteuses à mon avis que les graines de tournesol ou de sésame, elles sont aussi riches en fer, en zinc et en protéines.

  1. Swiss Water Décaf Kicking Horse

Enceinte, j’ai troqué la caféine pour du décaf, que je n’ai pas délaissé depuis mon accouchement. Bon, des fois le café est clairement de mise mais j’essaie d’éliminer cette source d’acidité de mon alimentation autant que possible. Je fais attention de choisir des marques fair traide, qui décaféinent le grain via le processus par eau Suisse (versus décapé en faisant l’usage de produits toxiques) et qui sont bios (les plantations de café sont à ce qu’il paraît arrosées de pesticides).

  1. Sirop d’érable bio

Je ne pense pas avoir besoin de vous parler de l’usage que j’en fais 😉 Mais depuis que ma tante et mon oncle ont vendu leur érablière, j’ai dû commencer à le magasiner.

Alors voilà !

CODE PROMO 🙂

Si vous faites le saut,  je vous invite à entrer mon code promo ci-dessous pour obtenir un rabais de 10 $ sur votre premier achat (ils sont débiles en marketing relationnel en plus !) : Avocatetmascara

You’re welcome, merci well.ca d’exister !!

 

PS : Je me procure mes autres incontournables (quinoa, huile d’olive, graines de chanvre, graines de chia, canne de tomates broyées, huile de noix de coco, cœurs d’artichaut marinés, beurre d’amande et de peanut, base de bouillon aux légumes, salsa et hummus) chez Costo parce que ça vient en format géant, ça aussi c’est plutôt pratique !

Maslow et moi

Lorsque je fais face à une croisée des chemins ou un choc dans mon train-train quotidien (comme immigrer dans un autre pays ou devenir maman), je me questionne sur ma vie. Les grandes questions, vous savez, du genre quelle est ma raison d’être pendant mon passage sur cette planète ?

À tout coup, les grandes questions finissent par m’évoquer la pyramide de Maslow, qui représente la hiérarchisation des besoins de l’être humain. En marketing, on y fait souvent référence. Lorsque j’étais aux études, l’ultime besoin à combler, qui figurait au sommet de la pyramide, était l’accomplissement. La quête de cet aboutissement (doublé d’une touche d’intuition) aura guidé presque tous mes choix de vie jusqu’à présent, tant sur le plan personnel que professionnel.

Pour le plus grand plaisir de la dork de croissance personnelle en moi, je suis récemment tombée sur une version actualisée de la pyramide, qui comporte un nouveau sommet : la transcendance, soit le fait d’aider les autres à s’accomplir. Ça m’a tellement interpellé ! Aider les autres, ou simplement être témoin de leurs réussites, ça me nourrit. C’est la loi du karma : plus on donne, plus on reçoit en retour. Quand on tombe en mode don de soi avec intégrité, on est soudainement envahi d’empathie pour ceux qu’on soutient et inondé d’une bouffée de gratitude envers la vie. Le cœur s’ouvre un peu plus chaque fois où l’on tend la main et un nouveau sourire brille dans le monde. Une vague d’humilité remplace un trop-plein d’amour propre. Ou devrais-je plutôt dire replace l’amour propre, qui, bien dosé, procure la confiance, la sérénité et le courage qui sont requis pour mettre de côté son propre intérêt personnel une fois de temps en temps. Le fait de donner serait-il la clé de la paix dans le monde ? Peut-être ; à ajouter à ma liste de grandes questions perhaps.

Une carrière en relations d’aide aurait pu m’intéresser mais j’ai bien peur que l’éternelle optimiste que je suis aurait trop souffert à m’entretenir à la journée longue avec des gens qui ont mal, tout le temps.  À chacun ses limites je suppose. En quête d’un emploi qui embrasserait interactions humaines et créativité au quotidien, j’ai choisi le marketing, une discipline qui se rapporte d’une certaine façon à la psychologie. Les comportements des gens dans le cycle décisionnel d’achat, c’est ce qui me fascine le plus à propos de ma profession (ayant comme finalité les profits, on ne se le cachera pas). La première étape de ce cycle est la détermination du besoin du consommateur. À partir de là, on travaille à élaborer une solution novatrice, qu’on mettra ensuite en marché. Eh bien je dois avoir le marketing dans la peau car je fais ça dans ma vie personnelle aussi. Quand un ami me partage un souci, j’ai tendance à vouloir décortiquer la situation, à l’analyser et à proposer des outils pour l’aider à progresser… parfois sans même qu’on me le demande (un peu intrusive malgré moi). Que voulez-vous, je suis frappée par un besoin viscéral de partager tout ce que je connais qui pourrait venir en aide. Je le fais de façon assez crue en fait. Certains apprécient cette candeur, d’autres moins. Certains contextes se prêtent mieux à mes interventions que d’autres. Avec l’âge (du haut de mes 30 ans LOL), j’apprends à faire preuve de discernement et à me prononcer uniquement lorsque je pense pouvoir procurer une réelle valeur à mon interlocuteur. Ceux qui me connaissent (même juste un petit peu !) savent que ma faiblesse, c’est la prise en charge de sa santé. C’est une mission de vie, rien de moins !

Pour revenir à la pyramide, je me suis demandé comment je m’y prendrais pour m’élever au niveau de la dite transcendance. Un retour aux études en nutrition, naturopathie ou kinésiologie ? J’adore mon travail actuel et bien évidemment je souhaite entretenir le sentiment d’accomplissement et la dynamique d’équipe qu’il me procure alors un changement radical de carrière est hors de question.

Aider mes pairs à cerner leurs besoins santé, répertorier des articles pertinents, agir à titre de pilier entre eux et divers experts pouvant leur venir en aide, motiver les troupes et les aider à garder un focus sur leurs aspirations en les disciplinant doucement, le tout dans un cadre amical ? Ça, je peux faire ça. Scratch that –Je fais déjà ça dans mes temps libres. Et savez-vous quoi ? J’ai constaté récemment que c’est précisément le rôle d’un coach Beachbody, ce géant du fitness qui mise sur le partage de saines habitudes de vie via un réseau de passionnés qui tiennent des défis de remise en forme sur les médias sociaux. J’en suis à mon 2e défi depuis mon accouchement et les résultats jusqu’à présent, sans parler de ma motivation de feu, sont juste WOW ! Avec mon focus, ma discipline et mes entraînements jumelés à ma pratique de yoga, je devrais être capable de faire ça à nouveau dans pas si longtemps 🙂 #fitnessgoalno1

but

J’ai donc fait le saut, je suis maintenant Coach Beachbody avec l’intention d’infuser à mes groupes astuces en nutrition naturelle, philosophie grano, et encouragements à respecter le rythme de son corps à travers une transformation physique certes, mais intérieure d’abord. Un peu à la façon dont j’enseignais le yoga, seulement sans avoir à sortir de la maison et sans quitter ma Sasha des yeux… l’équilibre que je convoite tant à cette période de ma vie !

Je partagerai mon expérience en tant que cliente de Beachbody depuis 4 ans dans une autre publication mais pour toute question d’ici là, n’hésitez surtout pas 🙂

Ma première retraite de yoga

Le yoga, c’est ce qui me garde dans le moment présent. Pas besoin d’être sur mon tapis, non non. Au quotidien, si je me sens bousculée par certaines réalités de ma carrière en marketing, je prends une pause pour inhale… exhale, pour ressentir la tension dans ma gorge (où se loge généralement mon stress) et pour consciemment relâcher tous les tissus de mon corps. Soupir… du coup, tout va mieux.
Imaginez 3 jours remplis de pure relâche. Relâche des tensions, relâche de jugement, relâche d’ego, relâche de ressentiments. L’évacuation de ces énergies négatives crée l’espace nécessaire pour que s’installent amour, vulnérabilité, partage, gratitude, compassion, pardon. Voilà en gros ce qui s’est passé lors de ma première retraite de yoga à vie (certainement pas la dernière)!
Karine yoga
J’ai eu la chance inouïe d’être invitée à prendre part à cette retraite hivernale unissant 2 mondes qui me passionnent au plus haut point: yoga + snowboard. Le parfait équilibre entre l’adrénaline en nature et le retour à l’essentiel = la joie! Le tout animé par Nadia Bonenfant, une âme des plus généreuses voulant contribuer au mieux-être de la gente féminine.
juna 3
Nadia est la fondatrice de JUNA Yoga, une inspirante start-up offrant des retraites de yoga, du yoga en entreprise, du « bridal yoga » et du SUP (stand up paddleboard) yoga. Elle est aussi maman d’un adorable petit bonhomme et ambassadrice Lululemon, entre autres. Multitasker, rien qu’un peu? Son bonheur et sa joie de vivre sont tout simplement contagieux. Elle aime ce qu’elle fait, Nadia. Et ce qu’elle fait, elle le fait avec des étoiles dans le yeux. Impossible de ne pas être charmée par cette perle et sa vision. Une vrai trésor, je vous dis!
La retraite de yoga et snowboard à Tremblant n’aurait pu être plus à point. C’était à la fin février, suite à une intense période des Fêtes au boulot. Au moment où j’ai mis les pieds dans le lobby du magnifique Château Beauvallon, mon niveau de stress a « droppé » de plusieurs crans. Pour entamer le week-end, nul autre qu’une randonnée en raquettes à travers les sentiers enneigés et un blue bird sky. Quoi de plus rafraîchissant!
Raquettes
L’horaire des 2 jours suivants: yoga, ski ou planche, yoga et cercle d’amour, que j’ai eu la chance de partager avec les 2 femmes les plus merveilleuses que je connaisse: ma mère et ma sœur. Un cadeau oh combien difficile à égaler! Le ressourcement, l’exploration du mouvement à travers des séances de prana flow (style de yoga intuitif et supra-féminin), les échanges hauts en émotions et en spiritualité, name it, nous y avons goûté et ce fût tout à fait divin!
Et que dire des petites attentions… Un savon artisanal accompagné de collations santé sur le lit de notre somptueuse chambre d’hôtel, des repas santé concoctés avec amour par Nadia elle-même, une clinique surprise de Burton Girls, une guide/coach en montagne… Elle a pensé à tout tout tout, cette Nadia. MERCI : )
Ne manquez pas de consulter le site de JUNA Yoga afin de demeurer à l’affût du calendrier d’activités. À venir: retraites à Tofino (BC), en Nouvelle Écosse et à Tremblant, sans oublier plusieurs ateliers dans de nombreuses localités incluant Bromont-sur-le-Lac! Nadia et moi vous attendons au BALNEA les vendredis 10 mai et 5 juillet!
Au plaisir de partager de précieux instants en votre compagnie,
XO

Curiosité + yoga = union + karma

On définit souvent le yoga comme étant l’union du corps et de l’esprit, l’union du mouvement et de la respiration. À mon avis, une des plus belles particularités du yoga, c’est l’union des genres. Le yoga est une pratique unissant une panoplie de « types de personnes » (c’est à cause de mon background en marketing que j’ai la mauvaise habitude de segmenter les choses… je le fais sans le moindre jugement, promis, et sachez que je travaille consciemment à éliminer cette manie). Comme je disais, le yoga, c’est pour absolument tout le monde. Les gars, les filles, les riches, les moins nantis, les scholars, les cols bleus, les naïves rose-bonbon, les réalistes dur à cuire. Le yoga rassemble des gens qui n’ont parfois rien d’autre en commun que leur matelas, des gens qui ne se seraient jamais côtoyé dans d’autres circonstances. On le pratique tous pour une raison (qu’on n’est pas nécessairement capable de verbaliser)… se rétablir d’une blessure, apprendre à dealer avec son stress, reconnecter avec sa propre vérité, s’offrir un moment privilégié loin des obligations de la vie d’adulte, se remettre en forme. En bout de ligne, je pense c’est la curiosité qui nous dirige vers le tapis et qu’on a tous en commun. « Y a-t-il quelque chose pour moi là-dedans? ».

i love yoga

Selon ma (courte et humble) expérience, je remarque que les motivations à pratiquer le yoga peuvent être segmentées très globalement en 2 groupes : les motivations d’ordre physique et les motivations d’ordre spirituel. Pour ma part, c’était un élan d’intérêt et de curiosité pour l’amélioration et le maintien de la santé de façon holistique et naturelle. À cette époque (comme si ça faisait bien longtemps… lol), la « santé » était un concept très physique dans mon livre à moi. Je savais que le stress, c’était mauvais et que des émotions malsaines et/ou trop intenses pouvaient contribuer à l’apparition de certains problèmes de santé. Mais je ne connaissais pas l’étendue de la corrélation mind + body comme j’apprends à la découvrir aujourd’hui. Cette corrélation me fascine autant que celle qui unit nutrition + santé… je crois dur comme fer que toutes deux sont d’importants précurseurs de la santé et de la qualité de vie. C’est pourquoi j’ai pris la décision de m’ouvrir totalement et sans crainte au côté méditatif du yoga, dans la dernière année surtout. Comme n’importe quelle pratique, la méditation requière nul autre que de la « pratique », justement. J’en suis encore à explorer quelle forme de méditation m’interpelle le plus… il y en a tellement!

Vous vous rappelez peut-être qu’une de mes résolutions pour 2013 est de me recentrer et de faire le vide plus souvent. Pour entamer l’année en beauté, voilà de ça quelques semaines déjà, une amie et moi avons pris la route vers Burlington, VT pour assister à un atelier de yoga et de méditation en mouvement animé par Coby Kozlowski, professeure de yoga de la lignée Kripalu, une yogini toute bubbly & free spirited comme je les aime!

Tout d’abord, est-ce que c’est clair que je ne trouve pas ça facile du tout, la méditation? C’est parce que je pense trop. Je pense tellement, ça n’a pas de sens. À mes débuts, quand j’étais au beau milieu d’un de ces élans de réflexion stratégique auxquels je ne semblais jamais capable d’échapper, je me jugeais. Je me trouvais tellement poche et j’en devenais frustrée. Tu parles d’une réaction contraire au sentiment de lâcher prise que la méditation est censée procurer. Héhé… pas facile, je vous dis! Depuis, j’ai identifié quelques images qui m’aident parfois à éliminer les distractions… « imaginer que chaque pensée invasive est un nuage qui ne fait que circuler, puis observer ce nuage passer devant mes yeux jusqu’à ce qu’il soit hors de mon champs de vision, simplement, sans jugement » c’est un de ces trucs qui fonctionnent pour moi. J’aime aussi imaginer que ma colonne vertébrale est un tube transparent qui change de couleur avec chaque ronde d’inspirations et d’expirations. Ça m’occupe la tête de splendides fuseaux multicolores lumineux tout en m’aidant à me concentrer sur mon prana.

Durant ce workshop  de méditation en mouvement, la magnifique Coby a été capable de m’apporter quelque chose de priceless : une explication (presque) rationnelle décrivant le chemin emprunté par la pensée lors d’une séance de méditation. Voici un bref récapitulatif, vulgarisé à-la-Karine, de ce que j’ai appris.

Par défaut, la pensée tente sans cesse de se réfugier dans l’un des 4 modes :

– Mode commentaires (ex : il fait froid, mon bras pique, etc.)

– Mode voyage à travers le temps (ex : histoires du passé qui reviennent à l’esprit, la to-do list que l’on doit attaquer plus tard, etc.)

– Mode catégorisation d’autrui (ex : cette fille est tellement plus flexible que moi, je n’aime pas ce que la prof a dit tout à l’heure, etc.)

– Mode égo (ex : je suis, j’ai envie, je veux, etc.)

Lorsque l’esprit se dirige vers l’un de ces modes, pas la peine de se frustrer ou de se décourager. Il ne suffit que de reconnaître que cette pensée ne nous définit pas. Il faut accepter sa présence en se rappelant qu’elle n’est pas là pour rester, qu’elle ne fait pas partie de nous, qu’il existe un espace entre cette pensée et notre personne.

Lorsqu’on reconnaît l’apparition d’un tel espace, à nous de voir ce qui le remplira. Pour remplir un espace sans en vider un autre, il est préférable de choisir quelque chose d’abondant. Quelque chose qui se multiplie à l’infini. Quelque chose comme l’amour ou le bonheur. Lorsqu’on en donne, on n’en perd pas pour soi-même, et lorsqu’on en reçoit, ceux qui nous en donnent n’en perdent pas non plus. C’est pas beau, ça?

Lorsqu’on choisit de remplir un espace d’une idée quelconque, on appelle cette idée une intention 🙂 Sounds familiar? Expliqué de cette façon là, j’ai une toute nouvelle appréciation et compréhension de ce en quoi consiste une intention profonde. Merci Coby!

Revenons aux modes par défaut de la pensée… Quoi faire si l’on remarque que la pensée s’évade vers l’un de ces modes par défaut?

1. Se féliciter d’avoir la conscience et l’attention nécessaire afin de prendre connaissance de l’émergence d’une pensée divergente. Bravo!

2. Dire à votre corps physique de re-la-xer… (rien que cela pourrait suffire!)

3. Être confiante que notre corps et notre esprit auront la capacité de gérer cette pensée efficacement.

4. (Le plus difficile à mon avis) Ne rien faire pour intervenir, n’écouter que ce que l’esprit et le corps veulent naturellement. C’est ici qu’il faut se rappeler que cette pensée ne nous définit pas. Il existe un espace entre nous et nos pensées. (Ouf!)

5. Retourner à notre intention, tout simplement!

De votre côté, avez-vous des trucs pour garder le focus durant un exercice de méditation?

***

Je pars le weekend prochain pour une retraite de snowboard + yoga, gracieusement offerte par JUNA Yoga. Nadia Bonenfant, la généreuse fondatrice, appelle cette invitation la « place karma ». Elle offre une place karma pour chacune de ses retraites. Une place karma!!! = le plus cool des concepts! Est-ce que j’ai besoin de vous dire combien je suis reconnaissante et combien j’ai hâte de rencontrer cette magnifique personne??? Je compte bien revenir avec tout plein d’inspiration et de nouveaux apprentissages et de nouvelles amitiés. Stay tuned!

Namasté!

xo

Une année toile d’araignée

Une toile d’araignée. C’est l’image qui me vient immédiatement à l’esprit pour illustrer l’année à laquelle j’ai dit au revoir lundi dernier. Une multitude de fibres se croisant dans toutes les directions. Des étages d’effort acharné ayant tissé une structure tellement fragile. Encombrante, effrayante parfois.

D’un œil plus sage, cette même toile d’araignée est aussi est pas mal rusée (capturer les nutriments et filtrer ce qui n’est pas vital -comme un organe humain- c’est pas rien!). Elle possède la flexibilité nécessaire pour se rendre du point A au point B en contournant les obstacles, peut être abimée mais sera instinctivement régénérée par son « propriétaire ». À bien y penser, la toile d’araignée ne mérite pas la mauvaise réputation qu’on lui donne. Elle est en fait une fondation parsemée de crevasses et d’imperfections nuancées qui permettent à l’araignée de forger son chemin vers bug knows where !

L’année passée, j’en ai tellement découvert sur moi-même, tellement! C’est en raison de cette accumulation de petits défis convertis en apprentissages (i.e. toile d’araignée) qu’aujourd’hui, j’ai d’autant plus confiance en Karine. En 2012, j’ai arrêté d’avoir peur. Peur de ne pas réaliser ma vision, peur que mon bonheur s’écroule sous mes pieds, peur que les gens qui m’entourent soient malheureux, peur de manquer quoi que ce soit, peur de ne pas être capable de dealer avec des situations difficiles. Fini de m’inquiéter à propos de ce qui se passera demain. Je choisis de planer dans le moment présent avec simplicité et calme.
Sur ce, mon mantra/intention pour l’année 2013 : Peace starts here

peace starts here
Parce que si on a la paix dans son coeur, on a tout le reste : ) Le courage de gravir les montagnes, l’amour propre qu’il faut se porter afin d’aimer généreusement les autres, la capacité d’observer sans porter de jugement… le bonheur, quoi!
Pour conserver ce mantra en pensée, tout près de mon cœur, à tous les jours de l’année, je promets de m’offrir du temps. Si quelque chose m’a manqué en 2012, c’est bien le temps. Grâce à mon année-toile-d’araignée, je réalise que j’ai besoin de temps pour moi. Oui, oui, j’ai à peine 26 ans et demi et je suis sans enfants. Pas besoin de me justifier et surtout, pas besoin de wake-up calI épeurant. Je suis assez grande aujourd’hui pour comprendre que le Me-time est le seul remède qui saura me sauver la peau à travers les hauts et les bas de la Vie.
Dans le but de cultiver la paix dans mon cœur en 2013, je me suis fixée quelques résolutions :
1. Aller au lit plus tôt, dormir davantage et me réveiller plus tôt afin de me recentrer, first thing in the morning : yoga, méditation, séance de spinning ou d’entraînement, tasse de thé au lit. Alléluia!
2. Prendre part à des retraites, loin des obligations du quotidien. Ma première retraite de pur plaisir en 2013? Celle-ci, offerte par JUNA YOGA (inclut séances de yoga, nuitées, repas, billets de remonte-pente, location d’équipement de ski/snow et amitiés pour la vie!). Tentant, n’est-ce pas? Il reste de la place, allez, accompagnez-moi dont!
3. Nourrir mon corps et mon esprit d’aliments détoxifiants, alcalins et anti-inflammatoires. Je consomme généralement 1 à 2 repas cru par jour. Suite à la Cure Détox BALNEA, que j’ai complétée avec brio cet automne, j’ai vu mon niveau d’énergie grimper en flèche. Et mes petits maux, bien qu’ils se faisaient déjà rares, sont complètement disparus. En 2013, je miserai donc sur une alimentation principalement vivante : 2 repas crus sur 3 ce sera! Pour une intro sur l’alimentation vivante et sur le processus de détoxification de l’organisme, je vous encourage à vous joindre à moi au lancement de la Cure Détox BALNEA d’hiver.
Et vous, quelles sont vos intentions pour la nouvelle année?
PEACE XO

L’automne ou « the fall » : une période où réflexion et réconfort s’imposent

« Another word for autumn is Fall. Think about it. » Une période où il est facile de perdre son équilibre et de tomber, même, si on ne fait pas attention. Les inquiétudes et les frustrations qui nous déstabilisent sur le tapis de yoga peuvent en faire de même dans notre vie au quotidien. Besoin de support, insécurité, manque de focus… Il ne faut pas avoir peur de les traiter, ces tracas qui s’emparent de nous parfois, on or off the mat. C’est un précieux cadeau, que d’être capable de s’écouter et de se transformer de la sorte.

C’est (à peu près) ce que Dawn Mauricio, prof de yoga et business woman accomplie, a dit en intro à un cours de yoga auquel j’ai assisté plus tôt cet automne. Ça m’a fait grandement réfléchir, je vous jure!

Cet automne, j’ai vécu toutes sortes d’émotions (et on n’est qu’à la mi-automne!). Des hauts très high et des bas un peu poches.

Mon nouveau job au BALNEA spa + réserve thermale est aussi rafraîchissant que je l’avais espéré… thanks to a gorgeous workplace et des collègues de travail qui entretiennent des visions sur la vie qui ressemblent pas mal aux miennes. Très cool.

20121017-235841.jpg
Ce genre de chimie là, ça donne le goût de travailler tard le soir car t’as pas du tout l’impression d’être en train de travailler! J’ai vraiment beaucoup de chance, quoi. Un changement de carrière, ça peut être terrifiant mais c’est aussi tout-à-fait merveilleux si on s’écoute vraiment en dedans, promis!

Un des bas de ces magnifiques changements que je vis actuellement, c’est le manque de temps. Coordonner une immigration, un déménagement, un nouveau boulot et des visites de maintenance à cause d’électros qui font défaut, ça draine les minutes qui restent dans une journée, mettons.

Dans mon cas, cela signifie: moins de temps pour cuisiner, trop peu de temps pour pratiquer mon yoga, et la création de contenu pour mon blogue qui tombe en dernière position sur ma liste de priorités. Bouhouu 😦

Heureusement, j’ai (1) un mari incroyablement patient qui s’occupe si bien de moi et de notre nouveau nid et (2) une volonté d’enfer en ce qui a trait à ma santé et à mon bonheur! Pour pallier aux bas de cette saison plutôt lourde, je la spice up autant que possible en me gâtant un peu côté cuisine!

1. Power smoothie à la citrouille épicée

– 1/4 de tasse de mélange à pumpkin pie
– 1 banane
– 1 poignée d’épinards
– 3 dattes
– 1 pincée de cannelle et de cardamome
– 1 c. à soupe de maca
– 1 c. à soupe de graines de chia
– 1 c. à soupe de graines de lin
– 1 c. à soupe d’huile de noix de coco
– 1 c. à soupe de poudre de cacao crue
– 1 demi tasse de lait de chanvre

20121018-001537.jpg
Au blender et voilà- sirotez en regardant les feuilles tomber : )

2. Une belle, géante salade-repas pour le lunch m’aide à demeurer bien centrée et pleine d’énergie en après-midi.

3. Si vous êtes chanceuses comme moi, un souper préparé avec amour vous attend après le travail! Mon homme aime bien notre Crock Pot pour préparer un met chaleureux et pas compliqué. Ce soir, ragoût à la patate douce et aux lentilles était au menu! Miam!

20121018-003641.jpg

4. Afin de préparer mon corps et mon esprit pour un bon dodo réparateur, je passe un petit 20 minutes à répéter quelques salutations au soleil suivies d’un headstand purement calmant. Savasana et hop, au lit.

La belle vie, quoi!
xx

L’art de manifester ce que l’on veut vraiment

J’ai l’impression de ne pas avoir partagé de tranche de vie depuis trop longtemps. Toutes mes excuses (plus pour moi-même que pour vous- as if you cared LOL). Je suis carrément tombée en amour avec l’écriture ces derniers mois donc ce fut comme un sevrage ces derniers 10 jours!

Guess what? Elle est pas mal occupée, la fille… Entrevue d’embauche, travail actuel, procédures d’immigration, formation de professeur de yoga, emplettes, ménage, recherche d’un loyer, hauts & bas émotionnels, etc. etc. etc! Ça ne finit plus- mais c’est oh combien stimulant (et c’est la vie, quoi,). À travers ce tourbillon de petits soucis, je me suis efforcée de prendre au moins 1 heure par jour pour me faire plaisir. For my sanity’s sake.

Ça a été plutôt facile à faire, à vrai dire. Je n’ai pas tellement un haut taux de tolérance envers les petites distractions comme celles que j’ai énumérées ci-haut… Je me tanne assez vite et me tourne généralement vers mes amours pour me remettre sur le piton. Mes amours? Mon homme, ma famille et le yoga. Mais là, on avait un problème la semaine passée. Mon homme était à Burlington. Ma maman et ma sœur participaient à une retraite de yoga au BC. Tout ce qui me restait pour achever un brin de stabilité et de réconfort? Ce sac et son contenu : )
Continue reading « L’art de manifester ce que l’on veut vraiment »

« T’es belle, t’es fine, t’es capable! »

On dit qu’en s’efforçant de se mettre un sourire aux lèvres, on finit par réellement devenir plus heureux. Est-ce que c’est fake, d’avoir un sourire forcé? Ou est-ce que ça a un effet transformationnel positif pour de vrai? Je penche des 2 côtés…

(CON) Ne devrions-nous pas demeurer intègres et transparents, en ce qui a trait à comment on feel? Je suis la première à dire que c’est malsain de refouler une peine ou frustration, que c’est tellement plus facile d’être un livre ouvert (une fois avoir acquis le courage de se montrer sous son vrai jour = accepter d’être une petite fleur vulnérable)… just get it all out, girl!

(PRO) Le danger, en étant du type à exprimer haut et fort son désarroi, c’est de voir peine et frustration partout autour de soi et de se laisser abattre par le cours des choses…  Let’s be real, here– les situations malheureuses ne s’améliorent pas, tant et aussi longtemps qu’on choisit de jouer le rôle de la victime. On oublie souvent qu’on est 100% responsable du rôle qu’on choisit de jouer dans notre vie. Non, on ne choisit pas d’être frappé par la maladie ou de perdre un être cher. Mais on peut choisir l’attitude avec laquelle nous passons à travers les évènements.  To receive a smile, give one away : )

J’ai toujours été une personne naturellement optimiste. Je retiens de mon papa. On est très reconnaissant envers le Monde quand tout va bien (évidemment) et on voit « du positif » dans les challenges qui se pointent le nez. On saute sur les opportunités- même si on n’en ressort pas nécessairement gagnant, on aura appris, quoi!

Je crois en tout ce que le Secret raconte (je pense même avoir fait partie d’un groupe gagnant d’un voyage à Vegas grâce au Secret, oui oui!). Je dévore chaque journée en mettant les 5 accords toltèques en pratique autant que possible. Je lis des blogues inspirants à tous les matins et je partage mes happy trouvailles de la journée sur Facebook pour que vous aussi, vous puissiez en bénéficier. Bref, je choisi de mener mon train-train quotidien avec la tête haute et le sourire aux lèvres, en espérant que la vie me renverra un sourire en retour. Et d’habitude, ça marche! Merci, merci, merci, karma : )

Mais je suis humaine, tout de même. J’en vis, moi aussi, des pépins de grown up. Je sais très bien que tout n’est pas toujours rose. Les choses ne semblent jamais aller comme prévues. Des fois, j’ai l’impression de tourner en rond ou de ne pas être à la hauteur de ce que les gens qui m’entourent attendent de moi. Ughhh :S

Faut savoir faire face à ces moments-là, qui nous remplissent généralement de sagesse si on les approche avec maturité émotionnelle. Enfin moi, c’est comme ça que je continue d’avancer. Je me dis que chaque tournant ‘moins le fun’ est un pas de plus vers mon épanouissement personnel. Que sans ces tournants, God knows où je me serais ramassée! Penser de cette façon m’aide à me recentrer et à réévaluer mes priorités de temps à autre, lorsque certaines choses semblent déséquilibrées dans ma vie.

L’équilibre, selon moi, c’est d’être capable d’identifier et de s’accrocher aux petites parcelles de bonheur dans les temps difficiles. C’est aussi d’être en paix avec l’inconnu (bon ou mauvais) du lendemain, parce que, well, il sera toujours là- alors mieux vaut l’apprécier, n’est-ce pas?

Durant mes quelques mois passés chez Dealer.com, un employeur avant-gardiste en matière de corporate wellness, j’ai eu la chance d’assister à une présentation traitant de l’attitude. Voici ce que j’ai retenu de cette présentation inspirante :

Les gens qu’on envie dans le fin fond de notre cœur (pas de façon jalouse ou superficielle) ont tous quelque chose en commun : une attitude positive contagieuse (sinon, on ne les envierait pas). Comment rejoindre le clan des personnes positives que tout le monde veut fréquenter?

  1. Commencez la journée du bon pied– Oui, c’est important d’être informé sur ce qui se passe dans le monde (i.e. tragédies et autres sujets qui passent aux nouvelles). Mais pas la peine de s’en innonder! Ce qui se passe dans le monde est moins important que ce qui se passe dans votre esprit à vous! Ne laissez pas le malheur des autres affecter votre humeur. Rappelez-vous que la première heure de la journée donne le ton aux 23ièmes autres. Lisez une citation de votre auteur favori ou écoutez la toune qui vous donne des frissons au lieu d’écouter ce qui est à la une.
  2. Envoyez-vous des fleurs– En marchant dans les couloirs au bureau, dans le trafic, en vous brossant les dents, etc. Soyez conscientes des mots qui traversent votre esprit. Transformez vos discours insécures en pitch de vente personnel. Flirtez avec vous-même dans le miroir de façon régulière : « t’es belle, t’es fine, t’es capable »!
  3. Entourez-vous de gens qui vous inspirent à être une meilleure personne- On dit qu’on représente la moyenne des 5 personnes qu’on côtoie le plus fréquemment, signifiant qu’on n’est jamais la meilleure, ni la pire. Si on ne s’entoure QUE de perles rares, ça devrait faire de nous une perle rare aussi : )
  4. Soyez reconnaissante– À la fin de chaque journée, pensez à un truc en particulier (aussi minime et anodin qu’il soit) qui vous a fait sourire aujourd’hui. Et soyez-en reconnaissante, tout simplement. Vous pouvez même tenir un journal à cet effet et relire le tout quand les temps sont plutôt moches. Chair de poule garantie!

Quelle attitude choisirez-vous aujourd’hui? Demain?

xo

Up ↑