Chercher

avocat + mascara

Catégorie

Uncategorized

Les 5 commandements de mon quotidien vert

(Article original publié sur le blogue d’Omaïki)

img_4612

Quand je pense à la Karine d’avant, je suis un peu gênée mais aussi pas mal fière du chemin que j’ai parcouru pendant les quelques années de soul searching que j’ai vécues dans la dernière décennie.

La Karine d’avant n’avait rien, mais je dis bien RIEN de « green ». Toutes les actions qui font partie de mon quotidien sont des acquis accumulés et pratiqués d’année en année avec mon mari, le grand paysagiste hippie amateur de permaculture avec qui je partage ma vie. Il est parfait je sais. Il m’a quand même choisi quand j’étais loin d’entretenir des valeurs écologiques alors ça en dit gros sur combien il m’aime je trouve, héhé.

Enfin bref, en grandissant, on recyclait à la maison mais ça s’arrêtait là. J’étais bien consciente des faits entourant le réchauffement de la planète mais je ne saisissais pas tout-à-fait l’importance des petits gestes, qui ont un énorme impact en bout de ligne. On ne mangeait pas bio (je ne me souviens même pas connaître cette appellation avant l’université peut-être ?), je fumais la cigarette (WTF !) et j’achetais toute sorte de cochonneries sur une base régulière : du junk food, des produits ménagers super toxiques, des vêtements et accessoires très cheap faits je ne sais trop où (je ne m’attardais pas du tout à cela à l’époque).

Depuis, beaucoup de choses ont changé, genre beaucoup. Ça m’a frappé lorsque j’ai fait ma première détox. En 2010, je consultais un coach santé qui m’a inspiré à manger plus sainement, à bouger davantage, etc. Je pensais être au sommet de ma forme mais un jour,  il m’ordonne une analyse métabolique complète et le labo nous informe que mon foie a de la difficulté à faire son travail (je ne me suis pas trop cassé la tête à comprendre la méthodologie mais bon !). Il semblait donc que j’avais besoin d’un petit coup de pouce alors je me suis lancée et j’ai fait ma première cure. À la fin des 10 jours, j’avais peine à croire ce qui se passait dans mon corps : plus d’énergie, moins de brouillard dans les idées, pas de crash de mi-journée, dodo comme un bébé.

À partir de là, éliminer tout ce qui pouvait affecter négativement mes fonctions métaboliques ou mes hormones était devenu ma mission numéro 1 !

  • Out les contenants de plastique et les tissus synthétiques contenant des BPA et autres patentes
  • Asta luego les aliments emballés comprenant des ingrédients inconnus
  • Au revoir les produits d’hygiène corporelle d’origine non naturelle

J’ai commencé là. Et boy oh boy que l’aventure ne faisait que commencer ! Un ouvrage en particulier m’a accompagné à travers les démarches à mettre en pratique afin de vivre plus vert. Il s’agit du livre Do One Green Thing : Saving the Earth Through Simple, Everyday Choices, de Mindy Pennybacker. De nombreux ouvrages de ce type ont été publiés et ont fait les manchettes depuis mais dans mon cas, c’est celui-ci qui m’a ouvert les yeux et que je recommande fortement. Je le consultais encore jusqu’à tout récemment, lorsque je l’ai offert à une amie en cadeau. Tsé, faut donner au suivant un moment donné !

Tout ceci étant dit, j’ai eu envie de partager mes 5 commandements pour défoncer le quotidien en respectant la terre mère. Sans plus tarder, les voici les voilà !

  1. DÉPARTEMENT GOURMAND :

Je n’apporterai à ma bouche que des aliments capables de nourrir toutes les cellules de mon corps. Ma nourriture est mon carburant et sa qualité importe grandement. Je miserai particulièrement sur des produits issus de la terre, sans pesticides et vivants. J’intégrerai des superfoods dans mon menu au quotidien et serai sans cesse à l’écoute de mon corps.

  1. DÉPARTEMENT BEAUTÉ :

Je choisirai des produits de soin et de beauté composés d’ingrédients naturels autant que possible, en validant ma sélection en consultant la base de données Skin Deep du Environmental Working Group (ma bible ; si un produit ou une marque ne s’y retrouve pas, j’y recherche TOUS les ingrédients d’un tube avant de l’acheter. Folle de même !).

  1. DÉPARTEMENT MAISONNÉE :

Je nettoierai réellement ma maison plutôt que de simplement remplacer la saleté par des produits chimiques dangereux pour la santé. Je concocterai moi-même mes formules nettoyantes en faisant l’usage de créativité (et du web lol) : bonjour vinaigre, bicarbonate de soude et huiles essentielles.

  1. DÉPARTEMENT VÊTEMENT :

J’opterai pour des marques qui respectent leur main d’œuvre et qui confectionnent leurs produits pas trop loin, autant que possible. Sinon, je choisirai des fibres naturelles pour faire respirer ma peau et ne pas l’exposer à encore plus que la pollution environnementale sur laquelle j’ai un peu moins de contrôle L

  1. DÉPARTEMENT BÉBÉ :

Je ferai tout, je dis bien TOUT pour conserver l’intégrité du corps de ma fille tel qu’il a été conçu. Parce qu’il possède tout le nécessaire pour se développer de façon optimale. Je supporterai le travail de la nature en offrant à mon bébé les petits extra qui pourront supporter, non mieux, élever ses fonctions immunitaires, cognitives, émotionnelles, intellectuelles.

Si j’avais un seul commandement à partager toutefois, il se lirait comme suit :

Je demeurerai à tout jamais curieuse et je ne cesserai de m’informer des conséquences que peut occasionner tout ce qui entre dans mon corps ou dans ma maison. Je ferai aussi attention à mes fréquentations, qu’on a tendance à sous-estimer mais qui peuvent elles aussi libérer d’importantes toxines. Je continuerai de défendre mes convictions, de partager mes apprentissages et d’inspirer mes proches à faire de même, pour leur santé et celle de leur famille. Je jouerai dehors et remercierai la terre pour les richesses qu’elle nous procure. Je ferai le plus de pas possible vers l’avant avec pleine conscience, tout simplement.

Pas toujours facile à tenir mais il faut savoir se fixer de très grandes aspirations pour en réaliser de plus petites, non ?

 

Maman girouette

(Article écrit pour le blogue d’Omaïki 🙂 )

Toute ma vie, j’ai été au volant. Pas de n’importe quel bolide à part ça ! J’étais la capitaine d’une navette qui roulait sur la voie expresse en direction de mes aspirations. Une capitaine à l’efficacité impressionnante, munie d’une Google Map détaillant tous les arrêts qui seraient requis pour me rendre à destination, au sommet.

Disons que je suis une curieuse difficile à arrêter et qu’on me considère un peu intense dans la recherche d’information qui m’aident à prendre mes décisions. Vous savez, le type de fille qui réfléchit aux conséquences, qui fait les listes de plus et de moins, blablabla. Ça a toujours bien fonctionné pour moi. Attention, je suis aussi quand même intuitive (j’ose penser ha!), j’écoute mon cœur, je saute à l’aventure en dehors de ma zone de confort de façon régulière. Mais une fois lancée, je suis assez calculée, merci.

Cette mer-ma-vie se naviguait assez doucement malgré mon quotidien ultra chargé. J’étais une femme d’affaires assez équilibrée pour enseigner le yoga plusieurs fois par semaine, cuisiner santé, passer un peu de temps entre amis et beaucoup de temps à jouer dehors avec mon mari. Bref, je me sentais en contrôle, je me sentais au top quoi ! Lorsque des défis se présentaient, je sortais ma boîte à outil de yogi pour pratiquer la pleine conscience, la gratitude et le lâcher prise. Depuis que je suis devenue maman, je suis encore bonne en gratitude (comment ne pas l’être, quel cadeau d’être la maman d’un bébé aussi émerveillée, forte de caractère, sage et curieuse). Depuis que je suis devenue maman, ce sont les départements de la pleine conscience et du lâcher prise qui ont pris tout un coup, genre allo, je suis tellement, mais tellement loin de maîtriser ces pratiques en fin de compte.

Pendant mes premiers mois post-partum, les pleurs de la fille qui avait complètement perdu sa boussole se voyaient mêlés avec l’espoir de la fille qui commençait à comprendre que chaque seconde de vulnérabilité m’en apprenait un peu plus sur la femme que j’étais ; celle que je pensais connaître comme le fond de ma poche. Quel cheminement on vit, lorsqu’on donne la vie. Enfin bref, j’ai renoué avec la pleine conscience au moment où j’ai décidé de faire fi des livres et e-newsletters dans lesquels je noyais mon instinct maternel.

Aussitôt que j’ai cédé au co-dodo occasionnel, à laisser Sasha s’endormir au sein plutôt que de me rendre folle à passer 2 heures à l’encourager (LOL) à s’endormir par elle-même dans sa bassinette… il y a eu comme un délicieux déclic, telle une gâterie digne de mes pires cravings, non, pire, une drogue ! Et depuis que j’ai cédé, je suis junkie de mon bébé, de nos échanges de douceur à chaque fois où je me lève pour l’allaiter la nuit, même si « elle devrait faire ses nuits à presque 9 mois franchement » Oh well ! Pour ce qui est du lâcher prise, c’est une autre histoire ! Le lâcher prise, c’est un travail constant.

Tandis qu’on laisse de moins en moins les surprises et coups durs nous anéantir, qu’on choisit de ne pas se laisser assommer par la culpabilité qui pourrait régner sur notre vie de de maman, on s’améliore, lentement. On prendra le dessus un moment donné. Entre temps, donnons-nous la permission d’être ces mamans girouettes, un peu perdues entre le plus beau et difficile rôle de notre vie et la femme qu’on était avant. On a le droit et c’est beau pareil 🙂

Maman oui, femme aussi.

transfo

Ça y est, j’ai finalement complété mon défi CORE DE FORCE hier et j’ai hésité à partager ceci. Ça me gêne X1000 bon. Parce que je suis la première à affirmer que le bien-être commence à l’intérieur et que les apparences sont souvent trompeuses. Surtout sur les médias sociaux.

Mon entourage me dit que ce n’est pas pire que les selfies en sueur que je publie ces dernières semaines. Les autres coachs Beachbody avec qui j’ai relevé le défi me disent qu’en publiant les résultats de ma transformation, je démontre que c’est possible pour tout le monde d’en faire autant. Je choisis donc ce matin de partager cette photo avant/après en toute humilité. Fabriquer la plus merveilleuse créature du monde dans mon ventre aura pris 9 mois. Me sentir revivre dans mon corps à moi, en tant que mère certes mais en tant que femme à nouveau : 9 mois également.

9-mois

J’aurais pu activer la machine plus rapidement mais mon corps et ma tête me disaient d’attendre. En écoutant mon corps, en respectant son rythme, j’ai été en mesure de plonger complètement une fois qu’il m’aura envoyé le GO. Et j’ai de la difficulté à trouver les mots pour exprimer ma fierté, par peur que ça puisse sembler prétentieux. C’est la première fois que je me dévoile autant. En photo, on ne voit que les résultats extérieurs, je sais. Mais le plus beau, c’est ce qui s’est passé dans ma tête et dans mon cœur ce dernier mois.

En modérant un défi de groupe et en motivant mes amies participantes à garder le focus sur leurs objectifs santé, je n’ai pas le choix de tenir bon avec MES propres objectifs santé. Je sais aujourd’hui que je détiens la discipline requise pour atteindre le sommet de ma forme (après des dizaines d’essais au gym et en course à pied, enfin !). Je sais que je suis capable de faire preuve de la constance qui est requise pour me rendre là. Je sais que le boost d’endorphine que l’entraînement au quotidien me procure me fait sourire encore plus qu’avant et optimise mon niveau d’énergie (surtout au milieu de la nuit héhé). Je sais aussi que mes cellules et mes organes me remercient de leur envoyer autant d’oxygène, que j’ai moins de chance de me blesser en jouant dehors, que ma santé (au-delà de ma force et de ma forme) est top. Je le sais et je le sens et ça m’inspire tellement. Je suis d’avis qu’il n’y aura jamais assez d’agents du wellness pour nous rappeler qu’on a un certain contrôle sur sa santé. Que l’inspiration mène à la motivation, qui mène à l’action, qui mène à la réussite.

Alors je me dois de partager, si ça peut inspirer ❤

Relevez un défi de groupe à votre tour !

 

Avocat, mascara et vie de maman !

3 ans depuis ma dernière publication ? Time flies, they say !

En 2012, ça faisait 3 ans que j’habitais au Vermont, que j’étais devenue végétarienne et que le yoga prenait une place importante dans ma vie. Avant cela, disons que je n’avais pas les meilleures habitudes de vie (rappel ici). Le besoin de partager mon cheminement, mon truc de l’heure ou ma recette de super aliment grandissait à la même vitesse que le regain d’énergie et de vitalité que je ressentais jour après jour. J’étais assoiffée de nouvelles connaissances en matière de bien-être mais incapable de ne pas over-prêcher en ce sens… tellement que je pense avoir cassé les oreilles de plusieurs amis qui n’avaient pas demandé à se faire noyer de toute cette information !

Il devait y avoir d’autres fanatiques comme moi ! On se retrouverait sur le web, que j’ai pensé. En créant mon blogue, je pouvais enfin alimenter ma passion en partageant le contenu que je découvrais et mon parcours, sans toutefois l’imposer devant les moins intéressés. Les intéressés, eux, échangeraient avec moi et on grandirait tous ensemble; Spread the love, quoi !

Également en 2012, j’empruntais un nouveau virage, un chemin qui, je l’ignorais à l’époque, me connecterait avec des figures  marquantes du wellness au Québec, des rencontres coup-de-coeur.  Je terminais ma formation professorale de yoga et m’installais tout juste avec mon mari à Bromont pour commencer un nouveau défi professionnel au BALNEA réserve thermale. Mes parents (de la-famille-la-plus-unie-que-je-connais) venant tout juste de se séparer, ma mère est temporairement venue habiter chez nous, mon mari américain ne parlant pas un mot de français devait se trouver du boulot… je me sentais un peu comme une ancre qui s’efforçait de rester aussi solide que possible. Je savais que tout se placerait comme je tends à avoir assez confiance en la vie, qui m’est assez douce merci (#gratitude).  Après tout, j’étais entourée d’amour, je pratiquais le yoga et je travaillais dans le plus bel environnement du monde. Bref, j’alimentais mon blogue dans ce mood là, celui de l’inconnu.

Tout s’est justement si bien placé que rapidement, je gagnais ma vie (encore vrai aujourd’hui) à marketer l’icône des spas au Québec. Étant inondée de contenu wellness à la journée longue (bonheur !), le blogue a naturellement été délaissé et la vie a continué.

Cette vie, qui m’a guidé vers mon homme il y a déjà 8 ans, ne fait qu’aller en accélérant même si on essaie par tous les moyens de ralentir la cadence. On trouve  tous les 2 qu’on partage notre vie avec la personne la plus merveilleuse de l’univers (la plupart du temps du moins 😉 ce qui fait en sorte qu’on a parfois tendance à être casaniers, surtout depuis la naissance de notre toute première, précieuse création : Sasha. Notre désir de fonder une famille ne date pas d’hier alors il va de soi qu’on imaginait depuis looooongtemps notre progéniture. Combien nos rejetons seront à leur tour les plus cool humains de la Terre. Combien ils seront outillés pour changer le monde, tandis que nous 2 (et bien d’autres) nous serons efforcés de les guider en infusant chaque étapes, chaque seconde, de gentillesse, de pleine conscience et de gratitude.

img_1911

Évidemment, afin de léguer ces importantes valeurs, il faut du temps pour les incarner, soi-même. Comme être nouvelle maman rime souvent avec isolation (malgré les efforts d’entrepreneurs de la communauté à nous rassembler – vive Les Z’Enfantillages de Bromont !), mon congé de maternité m’a forcément fait ralentir. Rien ne me rend plus fière, humble et reconnaissante envers la vie que de prendre soin de ma fille. Toutefois une partie de moi, que j’ai appris à constamment revitaliser à travers les années via l’enseignement et la pratique du yoga (surtout), semble traîner de la patte récemment. Les discussions wellness qui ouvrent les yeux et le coeur, les partages passionnés d’opinions et de trouvailles… tout cela me manque énormément. J’ai besoin de renflouer mes réserves de vitamines-communauté !

Tout ceci étant dit, le retour au travail et la transition en garderie pour Sasha me ramènent dans ce mood familier, celui de l’extérieur de ma zone de confort. C’est cet espace inconnu qui m’avait inspiré à démarrer le blogue et depuis quelques semaines, l’appel se fait ressentir à nouveau ! C’est avec ce trop-plein de petites anecdotes, de questions, de désir d’échanger et de surprises (à venir!) que je ressuscite Avocat + Mascara, qui abordera désormais la quête du bien-être et d’un semblant d’équilibre (!) dans le contexte de ma nouvelle vie de maman !

À très vite 🙂

Chroniques détox | Pourquoi?

J’ai rencontré mon coach santé steady, plusieurs fois par mois pendant au moins un an, avant qu’il n’aborde un sujet plutôt controversé : la détoxification. Personnellement, j’avais une opinion assez conservatrice à ce sujet-là. L’idée que mon corps ait besoin d’aide afin de se débarrasser de ses toxines était assez weird à mon goût! «  Le corps est une machine bien huilée, non? Il est conçu de façon à prendre soin de ça lui-même. Ça fonctionne comme ça depuis le début des temps. »

Oui, au début des temps, notre corps devait être capable d’en prendre pas mal. Le problème, c’est que la Planète d’aujourd’hui est loin de ressembler à celle du début des temps. Les changements climatiques desquels nous sommes témoins ces dernières années le prouvent de façon assez claire, vous ne trouvez pas? Des catastrophes d’une telle gravité n’apparaissent pas du jour au lendemain; elles sont nourries de décennies d’erreurs humaines… qui, heureusement, s’accompagnent généralement de précieuses découvertes et d’apprentissages ingénieux. By the way, nous devrions toutes être extrêmement fières de faire partie d’une génération qui a l’avenir de la planète à cœur!

Maintenant, le temps est venu d’avoir l’avenir de son temple autant à cœur- sinon plus! Après tout, notre seul et unique corps est passible, lui aussi, de subir des catastrophes naturelles. Pour certaines, ce sont des rides causées par une exposition prolongée au soleil sous une mince couche d’ozone, ou des crises d’asthme causées par un irritant quelconque. Pour d’autres, ce sont des problèmes hormonaux encouragés par la consommation d’aliments bourrés d’organismes génétiquement modifiés (OGM), ou des livres en trop reliés au niveau de toxines stockées dans les graisses, ce qui les empêche de fondre.

Pour moi, ça a cliqué le jour où j’ai reçu les résultats de plusieurs tests métaboliques que j’avais passés (identification de potentielles allergies, intolérances, carences et analyse des diverses fonctions métaboliques). Surprise, surprise- mon analyse dévoila que les fonctions de détoxification de mon foie ne s’avèrent pas très performantes :(… Je passais beaucoup de temps en plein air et mangeais déjà hyper clean (végé, bio, juicing, etc.) mais semblait-il que ce n’était pas assez pour que mon foie soit capable d’éliminer toutes les toxines qu’il rencontrait dans une journée (imaginez après 25 ans, yikes!). Selon mon coach santé, ceci était une situation assez alarmante étant donné que le foie, en collaboration avec le système immunitaire, sert à combattre les substances menaçantes voulant s’attaquer au métabolisme. Faut pas niaiser avec ça, yo! J’étais convaincue, j’allais faire ma première detox!

À suivre bientôt- Chroniques détox | Ma première fois…

Tête de surfeuse

De la pâte coiffante Surf Hair de Garnier (très cheap, très toxique) au Surf Spray de Bumble and Bumble (trop cher, aussi toxique), j’ai longtemps expérimenté avec des produits qui me permettraient peut-être d’obtenir ma tête de rêve : la chevelure volumineuse et échevelée d’une bombe tout droit sortie de la mer.

Honnêtement, qui ne souhaite pas ressembler à ça?

Lorsque j’ai commencé à dire NON aux d’ingrédients toxiques, ma quête est devenue encore plus ardue. Voyez-vous, je suis très low maintenance. J’aime bien paraître mais je déteste passer plus de 5 minutes à me coiffer. Sans l’option de laisser sécher mes cheveux à l’air (parce qu’ils seraient bien trop « grichoux »), j’aurais à utiliser séchoir et fer = perte de temps = pas question! Il me fallait une solution rapido-presto. Je me suis souvenu du secret qu’une amie (talentueuse photographe, btw) m’avait fait découvrir, peu de temps auparavant, afin de conserver des cheveux hyper brillants entre 2 rendez-vous chez le coiffeur :

– Mettre une bonne poignée de fleurs de camomille séchée dans environ 2 tasses d’eau;

– Ajouter un demi-citron là-dedans;

– Faire bouillir le tout pendant 7 minutes et  laisser reposer;

– Filtrer le tout pour n’obtenir que le liquide, mettre dans une bouteille qui vaporise et conserver au frigo.

Juste pour voir, j’y ai ajouté ¼ de tasse de sel de mer (pour l’effet texturé) et 1 cuillérée à soupe d’huile d’olive (pour que le citron et le sel n’assèchent pas trop mes cheveux).

– Bien shaker le tout;

– Vaporiser le mélange de la racine aux pointes;

– Laisser sécher à l’air.

Résultat : chevelure volumineuse et échevelée d’une bombe tout droit sortie de la mer 😉 Sans blague, ça a donné l’effet recherché et ça n’a presque rien coûté compte tenu j’avais à peu près tous les ingrédients dans ma cuisine!

J’en suis encore fan (et très fière de le concocter moi-même) mais voyez-vous, j’ai mis la main sur un petit trésor : le Sea Mist de John Masters Organics. Il s’agit là d’une délicieuse option si vous n’êtes pas du genre à mettre la main à la pâte. J’adore son arôme de lavande!

Si vous avez vos propres recettes maisons ou un produit favori, feel free to share : )

Bienvenue!

C’est aujourd’hui que débute ma nouvelle aventure! Yééé!

Ici, j’essaierai de répertorier une panoplie d’expériences personnelles et d’astuces écolo pour les femmes comme moi:

Radieuses. Hyper occupées tout en voulant demeurer zen. Self-proclaimed FABULOUS! (Un peu, beaucoup fières?). Amateures de bouffe santé… et gourmandes, parfois. Last but not least– soucieuses de leur look & de la planète.

Avec chacun de mes posts, mon but sera de susciter votre intérêt en ce qui a trait au tout-wellness (ou mieux-être):

La nutrition holistique, la self-motivation, les trucs beautés de grand-mères, les médecines alternatives et le pouvoir qu’ont votre corps sexy et votre esprit curieux à vous transformer en une personne dont vous tomberiez amoureuse!

Up ↑