Chercher

avocat + mascara

Catégorie

Detox / cleanse

Mon coming-out

Avez-vous vu passer cette vidéo ?

À la fin, l’auteure affirme “Embrace your many passions, follow your curiosity down those rabbit holes, explore your intersections. Embracing our inner wiring leads to a happier, more authentic life (…)The world needs us”.  BOOM !

Aujourd’hui, j’ai participé à mon tout premier Super Dimanche en tant que coach Beachbody. Ce fût l’une des expériences les plus hautes en vibrations EVER. Je suis assez sensible comme personne alors évidemment, autant de sourires, de larmes, que de gouttes de sueur auront décoré mon visage, ha !

Les 800 participants sont tous des accros du bien-être et ont chacun leur parcours. Nombreux sont ceux qui ont atteint des objectifs santé qu’ils croyaient alors inatteignables. Plusieurs contribuent activement (lire “travaillent très fort”) à changer les vies de centaine de personnes chaque année. Ce faisant, chacun d’entre eux se voient devenir de meilleures versions d’eux-mêmes au sein d’une communauté au bonheur contagieux. #positivevibepositivelife

Je suis une utilisatrice fervente des produits Beachbody et le coaching (le facteur humain :  la valeur ajoutée no1 du modèle d’affaires) a réellement changé ma relation avec l’entraînement. Je suis plus disciplinée et motivée que jamais. Je remarque les résultats sur mon corps mais aussi dans mon cœur ; je suis fière d’être capable de prendre du temps pour moi, même en tant que nouvelle maman. Ça me rend heureuse et mon homme et ma petite fille le sentent eux-aussi. Je crois fermement qu’il n’y aura jamais assez de porte-paroles de la santé pour nous rappeler combien tout cela fait du bien. Et il n’y aura jamais assez de porte-paroles de la santé dans ce Monde lorsque vient le temps d’adresser d’importants enjeux contemporains tels l’obésité et l’incidence de maladies reliées aux mauvaises habitudes de vie. Je suis d’avis que lorsque des outils qui ont fait leurs preuves (comme les programmes et plans nutritionnels Beachbody) sont mis à disposition des amis de nos amis, le monde change petit à petit. Bref, j’y crois et si je peux avoir l’opportunité de m’impliquer en partageant ces outils et toucher la vie d’une, deux, trois personnes… ce sera déjà ça. Des petits gestes pour de grands changements, qu’ils disent.

Je profite donc de ce giga-high qui m’habite pour faire mon coming-out :

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que dans le but de “partager la bonne nouvelle”,  je publierai occasionnellement des selfies de workout, des photos de bouffe et de mes délicieux shake matinaux, ainsi que des petits mots spontanés sur mes inspirations du moment. Peut-être que vous apprécierez. Ou encore ça ne vous parlera pas du tout et c’est bien correct de même. Vous êtes avertis 🙂

Maintenant que ceci est dit : je tiendrai à la mi-novembre un défi 3-Day Refresh, qui pour ma part remettra les pendules à l’heure post-grossesse et accouchement ! Si vous souhaitez en savoir plus, inscrivez-le en commentaire ci-dessous ou sous ma publication Facebook et il me fera plaisir de vous contacter en privé.

Advertisements

Maslow et moi

Lorsque je fais face à une croisée des chemins ou un choc dans mon train-train quotidien (comme immigrer dans un autre pays ou devenir maman), je me questionne sur ma vie. Les grandes questions, vous savez, du genre quelle est ma raison d’être pendant mon passage sur cette planète ?

À tout coup, les grandes questions finissent par m’évoquer la pyramide de Maslow, qui représente la hiérarchisation des besoins de l’être humain. En marketing, on y fait souvent référence. Lorsque j’étais aux études, l’ultime besoin à combler, qui figurait au sommet de la pyramide, était l’accomplissement. La quête de cet aboutissement (doublé d’une touche d’intuition) aura guidé presque tous mes choix de vie jusqu’à présent, tant sur le plan personnel que professionnel.

Pour le plus grand plaisir de la dork de croissance personnelle en moi, je suis récemment tombée sur une version actualisée de la pyramide, qui comporte un nouveau sommet : la transcendance, soit le fait d’aider les autres à s’accomplir. Ça m’a tellement interpellé ! Aider les autres, ou simplement être témoin de leurs réussites, ça me nourrit. C’est la loi du karma : plus on donne, plus on reçoit en retour. Quand on tombe en mode don de soi avec intégrité, on est soudainement envahi d’empathie pour ceux qu’on soutient et inondé d’une bouffée de gratitude envers la vie. Le cœur s’ouvre un peu plus chaque fois où l’on tend la main et un nouveau sourire brille dans le monde. Une vague d’humilité remplace un trop-plein d’amour propre. Ou devrais-je plutôt dire replace l’amour propre, qui, bien dosé, procure la confiance, la sérénité et le courage qui sont requis pour mettre de côté son propre intérêt personnel une fois de temps en temps. Le fait de donner serait-il la clé de la paix dans le monde ? Peut-être ; à ajouter à ma liste de grandes questions perhaps.

Une carrière en relations d’aide aurait pu m’intéresser mais j’ai bien peur que l’éternelle optimiste que je suis aurait trop souffert à m’entretenir à la journée longue avec des gens qui ont mal, tout le temps.  À chacun ses limites je suppose. En quête d’un emploi qui embrasserait interactions humaines et créativité au quotidien, j’ai choisi le marketing, une discipline qui se rapporte d’une certaine façon à la psychologie. Les comportements des gens dans le cycle décisionnel d’achat, c’est ce qui me fascine le plus à propos de ma profession (ayant comme finalité les profits, on ne se le cachera pas). La première étape de ce cycle est la détermination du besoin du consommateur. À partir de là, on travaille à élaborer une solution novatrice, qu’on mettra ensuite en marché. Eh bien je dois avoir le marketing dans la peau car je fais ça dans ma vie personnelle aussi. Quand un ami me partage un souci, j’ai tendance à vouloir décortiquer la situation, à l’analyser et à proposer des outils pour l’aider à progresser… parfois sans même qu’on me le demande (un peu intrusive malgré moi). Que voulez-vous, je suis frappée par un besoin viscéral de partager tout ce que je connais qui pourrait venir en aide. Je le fais de façon assez crue en fait. Certains apprécient cette candeur, d’autres moins. Certains contextes se prêtent mieux à mes interventions que d’autres. Avec l’âge (du haut de mes 30 ans LOL), j’apprends à faire preuve de discernement et à me prononcer uniquement lorsque je pense pouvoir procurer une réelle valeur à mon interlocuteur. Ceux qui me connaissent (même juste un petit peu !) savent que ma faiblesse, c’est la prise en charge de sa santé. C’est une mission de vie, rien de moins !

Pour revenir à la pyramide, je me suis demandé comment je m’y prendrais pour m’élever au niveau de la dite transcendance. Un retour aux études en nutrition, naturopathie ou kinésiologie ? J’adore mon travail actuel et bien évidemment je souhaite entretenir le sentiment d’accomplissement et la dynamique d’équipe qu’il me procure alors un changement radical de carrière est hors de question.

Aider mes pairs à cerner leurs besoins santé, répertorier des articles pertinents, agir à titre de pilier entre eux et divers experts pouvant leur venir en aide, motiver les troupes et les aider à garder un focus sur leurs aspirations en les disciplinant doucement, le tout dans un cadre amical ? Ça, je peux faire ça. Scratch that –Je fais déjà ça dans mes temps libres. Et savez-vous quoi ? J’ai constaté récemment que c’est précisément le rôle d’un coach Beachbody, ce géant du fitness qui mise sur le partage de saines habitudes de vie via un réseau de passionnés qui tiennent des défis de remise en forme sur les médias sociaux. J’en suis à mon 2e défi depuis mon accouchement et les résultats jusqu’à présent, sans parler de ma motivation de feu, sont juste WOW ! Avec mon focus, ma discipline et mes entraînements jumelés à ma pratique de yoga, je devrais être capable de faire ça à nouveau dans pas si longtemps 🙂 #fitnessgoalno1

but

J’ai donc fait le saut, je suis maintenant Coach Beachbody avec l’intention d’infuser à mes groupes astuces en nutrition naturelle, philosophie grano, et encouragements à respecter le rythme de son corps à travers une transformation physique certes, mais intérieure d’abord. Un peu à la façon dont j’enseignais le yoga, seulement sans avoir à sortir de la maison et sans quitter ma Sasha des yeux… l’équilibre que je convoite tant à cette période de ma vie !

Je partagerai mon expérience en tant que cliente de Beachbody depuis 4 ans dans une autre publication mais pour toute question d’ici là, n’hésitez surtout pas 🙂

Smoothimmunité ;-)

Je suis top-shape et je compte bien le rester, malgré les virus et les microbes qui s’attaquent aux gens qui m’entourent ces derniers temps ! Et toi?

Pour t’aider, voilà une recette de smoothie qui rendra ton système immunitaire invincible, promis!

SMOOTHIMMUNITÉ

Pour obtenir 2 grands verres:

2 centimètres cube de gingembre frais

2 feuilles de kale (frisé ou noir)

1 poignée d’épinard

1 céleri

2 clémentines

1 tasse de chaire d’ananas coupée en dés

1 tasse de kombucha (j’aime bien le Rise)

1/2 tasse d’eau

Et tes super-aliments préférés… voici les miens:

– 1 scoop de protéine végétale

– 1 c. à soupe d’huile de noix de coco

– 1 c. à thé de spiruline

– 1 goutte de vitamine D3 (je n’ai pas eu la chance de me faire dorer au soleil cet hiver alors j’en ai grandement besoin!)

La particularité du Smoothimmunité?

Le gingembre est un anti-viral naturel tandis que le kombucha fournit à l’intestin des bactéries-amies (probiotiques). Les 2 ensembles? Spicy, punché, bourré de vitamine C… de quoi te tenir loin des grippes et des rhumes cet hiver!

À ta santé!

 

Une année toile d’araignée

Une toile d’araignée. C’est l’image qui me vient immédiatement à l’esprit pour illustrer l’année à laquelle j’ai dit au revoir lundi dernier. Une multitude de fibres se croisant dans toutes les directions. Des étages d’effort acharné ayant tissé une structure tellement fragile. Encombrante, effrayante parfois.

D’un œil plus sage, cette même toile d’araignée est aussi est pas mal rusée (capturer les nutriments et filtrer ce qui n’est pas vital -comme un organe humain- c’est pas rien!). Elle possède la flexibilité nécessaire pour se rendre du point A au point B en contournant les obstacles, peut être abimée mais sera instinctivement régénérée par son « propriétaire ». À bien y penser, la toile d’araignée ne mérite pas la mauvaise réputation qu’on lui donne. Elle est en fait une fondation parsemée de crevasses et d’imperfections nuancées qui permettent à l’araignée de forger son chemin vers bug knows where !

L’année passée, j’en ai tellement découvert sur moi-même, tellement! C’est en raison de cette accumulation de petits défis convertis en apprentissages (i.e. toile d’araignée) qu’aujourd’hui, j’ai d’autant plus confiance en Karine. En 2012, j’ai arrêté d’avoir peur. Peur de ne pas réaliser ma vision, peur que mon bonheur s’écroule sous mes pieds, peur que les gens qui m’entourent soient malheureux, peur de manquer quoi que ce soit, peur de ne pas être capable de dealer avec des situations difficiles. Fini de m’inquiéter à propos de ce qui se passera demain. Je choisis de planer dans le moment présent avec simplicité et calme.
Sur ce, mon mantra/intention pour l’année 2013 : Peace starts here

peace starts here
Parce que si on a la paix dans son coeur, on a tout le reste : ) Le courage de gravir les montagnes, l’amour propre qu’il faut se porter afin d’aimer généreusement les autres, la capacité d’observer sans porter de jugement… le bonheur, quoi!
Pour conserver ce mantra en pensée, tout près de mon cœur, à tous les jours de l’année, je promets de m’offrir du temps. Si quelque chose m’a manqué en 2012, c’est bien le temps. Grâce à mon année-toile-d’araignée, je réalise que j’ai besoin de temps pour moi. Oui, oui, j’ai à peine 26 ans et demi et je suis sans enfants. Pas besoin de me justifier et surtout, pas besoin de wake-up calI épeurant. Je suis assez grande aujourd’hui pour comprendre que le Me-time est le seul remède qui saura me sauver la peau à travers les hauts et les bas de la Vie.
Dans le but de cultiver la paix dans mon cœur en 2013, je me suis fixée quelques résolutions :
1. Aller au lit plus tôt, dormir davantage et me réveiller plus tôt afin de me recentrer, first thing in the morning : yoga, méditation, séance de spinning ou d’entraînement, tasse de thé au lit. Alléluia!
2. Prendre part à des retraites, loin des obligations du quotidien. Ma première retraite de pur plaisir en 2013? Celle-ci, offerte par JUNA YOGA (inclut séances de yoga, nuitées, repas, billets de remonte-pente, location d’équipement de ski/snow et amitiés pour la vie!). Tentant, n’est-ce pas? Il reste de la place, allez, accompagnez-moi dont!
3. Nourrir mon corps et mon esprit d’aliments détoxifiants, alcalins et anti-inflammatoires. Je consomme généralement 1 à 2 repas cru par jour. Suite à la Cure Détox BALNEA, que j’ai complétée avec brio cet automne, j’ai vu mon niveau d’énergie grimper en flèche. Et mes petits maux, bien qu’ils se faisaient déjà rares, sont complètement disparus. En 2013, je miserai donc sur une alimentation principalement vivante : 2 repas crus sur 3 ce sera! Pour une intro sur l’alimentation vivante et sur le processus de détoxification de l’organisme, je vous encourage à vous joindre à moi au lancement de la Cure Détox BALNEA d’hiver.
Et vous, quelles sont vos intentions pour la nouvelle année?
PEACE XO

Végé 101 – Incontournables fruits & légumes

Si vous avez déjà fait votre tour sur mon blogue, vous devriez avoir compris que je favorise une alimentation végétarienne (presque végétalienne) 100% naturelle. Vous ne verriez pratiquement pas de produits transformés chez nous… pour la simple raison que si j’en ai dans mes armoires, je risque de m’empiffrer et d’avoir moins de place dans mon bedon pour y mettre des fruits, légumes, légumineuses, noix et graines- des aliments à la fois délectables et oh combien nutritifs qu’il n’est pas question que je les trompe avec des produits bourrés de sucres, gras, agents de conservation et autres produits chimiques. No way!

Une alimentation végétarienne signifie que mon apport en macronutriments (glucides, lipides et protéines) provient du monde des plantes, tout simplement. C’est bien ça- tout ce que je me mets à la bouche a été planté, a poussé et a été recueilli par une personne assez généreuse pour partager le fruit de son dur labeur. Je trouve ça complètement capotant de réaliser que ce qui me nourrit, c’est l’énergie que la Terre a transmise à ma nourriture! Tellement bien fait, la nature, n’est-ce pas?

Quand on ne mange que des plantes, faut juste s’assurer d’avoir une large variété de plantes au menu et ce, à tous les repas. Une façon facile d’accomplir cela? S’assurer que toutes les couleurs de l’arc-en-ciel se retrouvent dans votre assiette. Inévitablement, on a tous nos incontournables, les chouchoux qui se retrouvent dans notre panier d’épicerie semaine après semaine. Les miens?

–          Greens (épinards, kale, herbes fraîches pour mes smoothies, salades, sautés, etc.)

–          Tomates (ça aussi, ça décore joliment n’importe quelle assiette, qu’on les préfère cuites ou crues)

–          Ananas (un inévitable staple à smoothies, surtout en raison de leurs enzymes digestives top puissantes)

–          Avocats (mon superfood par excellence, need I say more?)

–          Mangues (quand j’ai besoin d’un fix sucré)

–          Baies (fraises, framboises, mures, bleuets, amenez-en! )

–          Carottes et concombres (meilleurs amis de mon juicer et parfaits en collation)

–          Courgettes et piments (pour mes soupes, stir fries & more)

Du rouge au bleu en passant par le vert- c’est tout ce dont vous devez vous rappeler! Bientôt, je vous ferai découvrir mon garde-manger et mon frigo, pour encore plus de surprises à propos des incontournables de Ma cuisine.

Pour les sceptiques qui se demandent où les végétariens trouvent leurs protéines, je vous invite à lire un article hyper bien vulgarisé, courtesy of De Bon Cru. Si vous aimeriez en apprendre davantage sur les bienfaits (les pouvoirs quasi-magiques, devrais-je dire!) d’une alimentation végétarienne, inboxez -moi et il me fera plaisir de vous référer à des ouvrages qui m’ont particulièrement ouverts les yeux. Si toutefois vous n’êtes pas convaincus « pentoute », c’est OK aussi : ). L’important, c’est d’écouter son corps attentivement. Le mien a rejoint son plein potentiel lorsque j’ai arrêté de lui donner de la viande et mes lectures personnelles m’encouragent à maintenir mes convictions végé- mais il est fort probable que vous ayez des craintes ou ayez vécu une expérience difficile. Si c’est le cas, please, share!

Succulente, huile de noix de coco

Depuis un certain temps, je pratique certaines traditions d’origine Ayurvéda, une médecine alternative provenant de l’Inde (j’écrirai un post à ce sujet bientôt!). Un des délices de la nature employé par la médecine Ayurvéda depuis plus de  4 000 ans? La succulente huile de noix de coco.

Si vous examiniez l’étiquette d’un pot d’huile de coconut, vous feriez peut-être le saut en apprenant qu’elle est pratiquement un concentré de gras saturé! Tous les gras (ou lipides) ne sont heureusement pas créés égaux, c’est-à-dire qu’une cuillérée à soupe d’huile de coconut n’a pas du tout les mêmes effets sur la santé que la même quantité de gras saturé de provenance animale. L’huile de coconut peut contribuer à l’augmentation du taux de cholestérol dans le sang mais attention, elle améliore le ratio bon cholestérol /mauvais cholestérol. Thank goodness : )

Aujourd’hui, je cuisine avec de l’huile de noix de coco presque quotidiennement. Probablement à cause de tous les séminaires wellness auxquels j’ai assistés- les présentateurs/experts vantent ses bénéfices à tour de bras! Voici ce que j’ai appris, grosso modo :

Dans la cuisine (en tant qu’aliment), ses propriétés les mieux connues vont comme suit :

–          Elle est savoureuse- miam colada!!!

–          Elle a des propriétés antibactériennes qui renforcissent le système immunitaire;

–          Elle stimule le métabolisme et procure un boost d’énergie de façon instantanée;

–          Elle est bourrée de fibres- hello, santé digestive et cardiovasculaire!

–          Elle est parfaite pour la cuisson à haute température (ne produit pas de radicaux libres, contrairement à une autre huile favorite- l’huile d’olive).

Assez cool, non?

Ce qui intéresse particulièrement la fille girlie et accro aux petits pots de crème que je suis? L’huile de noix de coco en tant que soin pour le corps! Je l’utilise de toutes sortes de façons :

–          Hydratant pour le corps- elle apaise joliment la peau sèche et les irritations cutanées, en plus de rendre la peau douce, souple et shiny­;

–          Soin après-soleil (à ce qui paraît, l’huile de coconut protègerait même la peau des effets néfastes du soleil et ce, tout naturellement- lovin’ it!)

–          Huile à massage;

–          Masque ou revitalisant pour cheveux- elle donne une superbe brillance à la chevelure;

–          Baume pour les lèvres (effet glossy inclus);

–          Lotion naturelle pour le rasage;

–          Démaquillant qui ne brûle pas les yeux;

–          Crème à main et ongles- elle rend les cuticules souples et les ongles, faciles à maintenir.

Bref, investir en un pot d’huile de coconut, ça vous fait épargner des sous… on va moins souvent chez l’esthéticienne, nos chums aiment tellement l’odeur du coconut qu’ils remplacent nos masseurs, 1 seul pot de crème à usages multiples au lieu de tout plein- pas pire, pareil!

Soyez purement créatives et partagez vos secrets santé-beauté, pleeease!

Chroniques détox | Karine: 2, Toxines: 0

J’espère que vous profitez de votre été bien comme il le faut, parce qu’on a déjà franchi la moitié de la saison estivale. C’est fou combien le temps passe vite! Si, pour vous, « en profiter » signifie : fréquenter les 5@7 et soirées glamour de « la grande ville ». Ou passer la journée sur le bateau du meilleur ami de votre chum. Ou jouer au golf. Ou écouter les cracks & pops autour d’un feu de camp- ça inclut probablement de la boisson. L’été, bières, martinis et sangria coulent à flot.

Ça a beau être délicieux- savez-vous ce que ça fait à votre foie chéri? (Rappeler-vous que votre foie sert à combattre les substances toxiques qui veulent à tout prix attaquer votre corps.)L’alcool affaiblie les fonctions du foie, pas à peu près. Lorsque le foie s’efforce de filtrer tout le sucre qui lui est envoyé avec chaque gorgée, pensez-vous qu’il a le temps de jouer les soldats et de défendre notre organisme des méchants? Bien sûr que NON!

En ce chaud mois d’août, votre foie a probablement besoin d’un petit break. La solution? Detox time! Je viens tout juste (hier!) de terminer ma 2ième détox (ou cleanse). Avant de vous en faire le récit, voici un aperçu de « ma première fois »…

Comme je racontais dans mon billet de la semaine passée, j’ai été amenée à faire ma première détox lorsque j’ai appris que mon foie-à-moi n’était pas fait tellement fort : (

Mon coach santé m’a alors donné 2 options :

  1. Pendant 21 jours, ne manger que des aliments faisant partie d’une liste bien précise. Cette liste comprend une variété de fruits, légumes, grains, légumineuses et graines à faible indice glycémique (ne provoquant pas de hausse d’insuline) et ayant un effet alcalisant sur la digestion. Tout ce qui n’apparaît pas sur cette liste est tout simplement interdit . Ceci inclut tous produits transformés, sucres, viandes, gluten, produits laitiers, alcool, etc.
  2. Suivre un programme de « nettoyage interne profond » de 10 jours durant lesquels différents groupes alimentaires deviennent graduellement défendus, jusqu’à ce qu’il ne reste que légumes crucifères, greens, pommes et poires. Pendant chaque jour, l’apport en macronutriments (protéines, glucides et lipides) provient d’un supplément en poudre composé d’ingrédients naturels.

Si j’avais été plus game, j’aurais sûrement opté pour l’option 1 (surtout étant donné que ça ressemble à mon alimentation actuelle). Mais, bon, j’ai choisi la voie facile: l’option 2. Puisque je ne savais pas du tout dans quoi je m’embarquais, 10 jours me semblaient plus raisonnables que 21.

On m’avait avertie des potentiels effets secondaires d’une cleanse: maux de tête, crampes, ballonnements, nausées. La sévérité de ces derniers dépend de l’état pré-détox, c’est-à-dire qu’une personne qui mange déjà clean & green ressentira moins de malaises qu’une personne se nourrissant généralement de la SAD diet (Standard American Diet). Pensez-y, durant une détox, le corps se débarrasse du méchant. Plus tu as de méchant, plus le withdrawal se fait ressentir, plus c’est difficile! (Raison de plus pour manger clean & green au quotidien : )

J’étais déjà végétarienne donc ça n’a pas été trop tough pour moi physiquement. Aucun side effect mis à part la faim qui se faisait ressentir de temps à autre- et quand ça arrivait, je me bourrais de brocoli. YUM!

C’est plus au niveau psychologique que j’ai rushé. Voyez-vous, j’ai choisi le pire timing ever pour faire ma première détox : la semaine de la fête de ma meilleure amie. Au menu : cupcakes, cocktails, assiettes de charcuterie et plein d’autres délices tout droit sortis des meilleures cuisines à Montréal. AHHHH! Je ne pensais honnêtement pas être capable de me retenir mais j’ai découvert en moi une volonté qui m’était inconnue jusqu’à ce moment-là. Cette discipline dont j’étais soudainement capable fût le premier bénéfice de ma cleanse. Le deuxième bénéfice : la disparition d’un cas d’eczéma que j’avais depuis plus de 5 ans! Ce que je ne savais pas avant de débuter ma cleanse, c’est que certaines conditions d’inflammation chronique (comme cet eczéma que j’ai essayé de traiter à nombreuses reprises, sans succès) sont directement reliées à l’incapacité du foie à se détoxifier. Après 10 courtes journées, it was gone baby, gone!!!

Ah et j’ai aussi perdu 5 livres têtues, pas trop pire comme effet secondaire. Probablement de vieux déchets qui étaient pognés là depuis 2 décennies. Beurk.

Petite conclusion : j’ai été grandement satisfaite de ma première détox! Tellement que j’en ai refait une la semaine passée. Complètement différente, cette p’tite dernière, mais ça, c’est une autre histoire. (À suivre!)

Profitez de ce qui reste de l’été, les poulettes!

XO

À lire – Clean du Dr. Junger

Vous pensez avoir une ou plusieurs intolérances alimentaires? Vous manquez d’énergie ou êtes victime d’allergies inexpliquées?

Apprenez comment identifier les aliments qui sont passibles de choquer votre métabolisme dans cet article publié sur The Chalkboard Magazine.

L’article résume un chapître du livre « Clean »du Dr. Junger- une référence largement reconnue en matière de nutrition holistique et de détoxification de l’organisme. Il définit son Clean Program comme étant capable de restaurer l’habileté de votre corps à s’auto-régénérer de façon naturelle (traduction libre).

J’ai dévoré son bouquin en un rien de temps –major eye opener!

Bonne lecture 🙂

Chroniques détox | Pourquoi?

J’ai rencontré mon coach santé steady, plusieurs fois par mois pendant au moins un an, avant qu’il n’aborde un sujet plutôt controversé : la détoxification. Personnellement, j’avais une opinion assez conservatrice à ce sujet-là. L’idée que mon corps ait besoin d’aide afin de se débarrasser de ses toxines était assez weird à mon goût! «  Le corps est une machine bien huilée, non? Il est conçu de façon à prendre soin de ça lui-même. Ça fonctionne comme ça depuis le début des temps. »

Oui, au début des temps, notre corps devait être capable d’en prendre pas mal. Le problème, c’est que la Planète d’aujourd’hui est loin de ressembler à celle du début des temps. Les changements climatiques desquels nous sommes témoins ces dernières années le prouvent de façon assez claire, vous ne trouvez pas? Des catastrophes d’une telle gravité n’apparaissent pas du jour au lendemain; elles sont nourries de décennies d’erreurs humaines… qui, heureusement, s’accompagnent généralement de précieuses découvertes et d’apprentissages ingénieux. By the way, nous devrions toutes être extrêmement fières de faire partie d’une génération qui a l’avenir de la planète à cœur!

Maintenant, le temps est venu d’avoir l’avenir de son temple autant à cœur- sinon plus! Après tout, notre seul et unique corps est passible, lui aussi, de subir des catastrophes naturelles. Pour certaines, ce sont des rides causées par une exposition prolongée au soleil sous une mince couche d’ozone, ou des crises d’asthme causées par un irritant quelconque. Pour d’autres, ce sont des problèmes hormonaux encouragés par la consommation d’aliments bourrés d’organismes génétiquement modifiés (OGM), ou des livres en trop reliés au niveau de toxines stockées dans les graisses, ce qui les empêche de fondre.

Pour moi, ça a cliqué le jour où j’ai reçu les résultats de plusieurs tests métaboliques que j’avais passés (identification de potentielles allergies, intolérances, carences et analyse des diverses fonctions métaboliques). Surprise, surprise- mon analyse dévoila que les fonctions de détoxification de mon foie ne s’avèrent pas très performantes :(… Je passais beaucoup de temps en plein air et mangeais déjà hyper clean (végé, bio, juicing, etc.) mais semblait-il que ce n’était pas assez pour que mon foie soit capable d’éliminer toutes les toxines qu’il rencontrait dans une journée (imaginez après 25 ans, yikes!). Selon mon coach santé, ceci était une situation assez alarmante étant donné que le foie, en collaboration avec le système immunitaire, sert à combattre les substances menaçantes voulant s’attaquer au métabolisme. Faut pas niaiser avec ça, yo! J’étais convaincue, j’allais faire ma première detox!

À suivre bientôt- Chroniques détox | Ma première fois…

Up ↑