Chercher

avocat + mascara

Mois

janvier 2017

Les 5 commandements de mon quotidien vert

(Article original publié sur le blogue d’Omaïki)

img_4612

Quand je pense à la Karine d’avant, je suis un peu gênée mais aussi pas mal fière du chemin que j’ai parcouru pendant les quelques années de soul searching que j’ai vécues dans la dernière décennie.

La Karine d’avant n’avait rien, mais je dis bien RIEN de « green ». Toutes les actions qui font partie de mon quotidien sont des acquis accumulés et pratiqués d’année en année avec mon mari, le grand paysagiste hippie amateur de permaculture avec qui je partage ma vie. Il est parfait je sais. Il m’a quand même choisi quand j’étais loin d’entretenir des valeurs écologiques alors ça en dit gros sur combien il m’aime je trouve, héhé.

Enfin bref, en grandissant, on recyclait à la maison mais ça s’arrêtait là. J’étais bien consciente des faits entourant le réchauffement de la planète mais je ne saisissais pas tout-à-fait l’importance des petits gestes, qui ont un énorme impact en bout de ligne. On ne mangeait pas bio (je ne me souviens même pas connaître cette appellation avant l’université peut-être ?), je fumais la cigarette (WTF !) et j’achetais toute sorte de cochonneries sur une base régulière : du junk food, des produits ménagers super toxiques, des vêtements et accessoires très cheap faits je ne sais trop où (je ne m’attardais pas du tout à cela à l’époque).

Depuis, beaucoup de choses ont changé, genre beaucoup. Ça m’a frappé lorsque j’ai fait ma première détox. En 2010, je consultais un coach santé qui m’a inspiré à manger plus sainement, à bouger davantage, etc. Je pensais être au sommet de ma forme mais un jour,  il m’ordonne une analyse métabolique complète et le labo nous informe que mon foie a de la difficulté à faire son travail (je ne me suis pas trop cassé la tête à comprendre la méthodologie mais bon !). Il semblait donc que j’avais besoin d’un petit coup de pouce alors je me suis lancée et j’ai fait ma première cure. À la fin des 10 jours, j’avais peine à croire ce qui se passait dans mon corps : plus d’énergie, moins de brouillard dans les idées, pas de crash de mi-journée, dodo comme un bébé.

À partir de là, éliminer tout ce qui pouvait affecter négativement mes fonctions métaboliques ou mes hormones était devenu ma mission numéro 1 !

  • Out les contenants de plastique et les tissus synthétiques contenant des BPA et autres patentes
  • Asta luego les aliments emballés comprenant des ingrédients inconnus
  • Au revoir les produits d’hygiène corporelle d’origine non naturelle

J’ai commencé là. Et boy oh boy que l’aventure ne faisait que commencer ! Un ouvrage en particulier m’a accompagné à travers les démarches à mettre en pratique afin de vivre plus vert. Il s’agit du livre Do One Green Thing : Saving the Earth Through Simple, Everyday Choices, de Mindy Pennybacker. De nombreux ouvrages de ce type ont été publiés et ont fait les manchettes depuis mais dans mon cas, c’est celui-ci qui m’a ouvert les yeux et que je recommande fortement. Je le consultais encore jusqu’à tout récemment, lorsque je l’ai offert à une amie en cadeau. Tsé, faut donner au suivant un moment donné !

Tout ceci étant dit, j’ai eu envie de partager mes 5 commandements pour défoncer le quotidien en respectant la terre mère. Sans plus tarder, les voici les voilà !

  1. DÉPARTEMENT GOURMAND :

Je n’apporterai à ma bouche que des aliments capables de nourrir toutes les cellules de mon corps. Ma nourriture est mon carburant et sa qualité importe grandement. Je miserai particulièrement sur des produits issus de la terre, sans pesticides et vivants. J’intégrerai des superfoods dans mon menu au quotidien et serai sans cesse à l’écoute de mon corps.

  1. DÉPARTEMENT BEAUTÉ :

Je choisirai des produits de soin et de beauté composés d’ingrédients naturels autant que possible, en validant ma sélection en consultant la base de données Skin Deep du Environmental Working Group (ma bible ; si un produit ou une marque ne s’y retrouve pas, j’y recherche TOUS les ingrédients d’un tube avant de l’acheter. Folle de même !).

  1. DÉPARTEMENT MAISONNÉE :

Je nettoierai réellement ma maison plutôt que de simplement remplacer la saleté par des produits chimiques dangereux pour la santé. Je concocterai moi-même mes formules nettoyantes en faisant l’usage de créativité (et du web lol) : bonjour vinaigre, bicarbonate de soude et huiles essentielles.

  1. DÉPARTEMENT VÊTEMENT :

J’opterai pour des marques qui respectent leur main d’œuvre et qui confectionnent leurs produits pas trop loin, autant que possible. Sinon, je choisirai des fibres naturelles pour faire respirer ma peau et ne pas l’exposer à encore plus que la pollution environnementale sur laquelle j’ai un peu moins de contrôle L

  1. DÉPARTEMENT BÉBÉ :

Je ferai tout, je dis bien TOUT pour conserver l’intégrité du corps de ma fille tel qu’il a été conçu. Parce qu’il possède tout le nécessaire pour se développer de façon optimale. Je supporterai le travail de la nature en offrant à mon bébé les petits extra qui pourront supporter, non mieux, élever ses fonctions immunitaires, cognitives, émotionnelles, intellectuelles.

Si j’avais un seul commandement à partager toutefois, il se lirait comme suit :

Je demeurerai à tout jamais curieuse et je ne cesserai de m’informer des conséquences que peut occasionner tout ce qui entre dans mon corps ou dans ma maison. Je ferai aussi attention à mes fréquentations, qu’on a tendance à sous-estimer mais qui peuvent elles aussi libérer d’importantes toxines. Je continuerai de défendre mes convictions, de partager mes apprentissages et d’inspirer mes proches à faire de même, pour leur santé et celle de leur famille. Je jouerai dehors et remercierai la terre pour les richesses qu’elle nous procure. Je ferai le plus de pas possible vers l’avant avec pleine conscience, tout simplement.

Pas toujours facile à tenir mais il faut savoir se fixer de très grandes aspirations pour en réaliser de plus petites, non ?

 

My Mama-Bear Care Reminder

Before becoming a mother, I started teaching yoga. One of the aspects that I enjoyed the most about it was the messages I was able to relay to my students. I used to spend more time developing the theme, than the actual asana (the postures) portion of my classes. It had become my main creative outlet, I absolutely loved it! But it took a while to get there.

To convey their wisdom, my teachers seemed to find inspiration in their life story. I always felt a bit fruity in comparison, as if I was lacking in the life-changing challenges department. Don’t get me wrong, I consider myself blessed that most of my life has been a pretty smooth river. But I did struggle to find my voice, I felt very vulnerable opening up. It’s when I stopped trying so hard (I was exhausted and as self-conscious as ever) and decided I would teach from a place of joy that I finally started gaining in confidence and having fun with it (otherwise, why do it to begin with!).

From then on, my themes came a bit more naturally and I started to take delight in intertwining them with the physical practice, relating them to the human anatomy, yoga philosophy, and such. The mind-body-spirit connection suddenly made more sense to me and I could feel my students being more receptive to the practice, teaching me truly what the union of yoga is. Towards the end of my first year of teaching consistently, I understood the value of being a ‘teacher’ and it was the most humbling experience.

And then I became pregnant and my newly found calming, introspective qualities went on to growing that very special soul inside of me. I stopped pouring my heart out teaching and sent all the love I had to give down into my belly.

12473513_10156507026895608_5046990975555391854_o

When I gave birth, I met an infinite source of inspiration and shortly after, I rediscovered a creative outlet I had forgotten about: writing. When I gave birth, I also ‘signed a lifelong contract with anxiety’, as a friend of mine once told me. I was expecting to deal with the sense of fear and anxiety that comes with caring for someone else’s life. What I had not anticipated was their paralyzing weight, which seemed even heavier under sleep deprivation. Over the past few months, working out has been a wonderful stress reliever but the end of my maternity leave has added a bit of pressure to the whole thing.

The other night, I had the wonderful opportunity to listen to an exclusive webinar with Elizabeth Gilbert, the author of Eat Pray Love. She was sharing that her deepest wish for humanity was for women to be totally relaxed, at ease. Her speech lit up something inside me, just as teaching yoga used to. It reminded me that in order to feel less scared, more grounded and at peace, I have to act from a place of joy. Aside from my family, what makes me the happiest is sharing how I find my own joy, which is by putting myself first. It might sound selfish but to be happy and at ease, I must continue to put myself first despite the many (absolutely, obsessively beautiful therefore difficult to avoid) roadblocks of motherhood. Sure, my daughter fills me with happiness. But my true joy is only possible in a place where guilt does not exist. My joy depends on my capacity to forgive myself. My joy starts with me.

After that webinar, I wrote what follows to have something to go back to when shit hits the fan. I am my best teacher. So here it is, my letter from me to me, my mama-bear care reminder :

If you love yourself, you’ll invest in yourself

If you love your family and your children, you’ll invest in yourself

If you want to live a fulfilling life, you’ll invest in yourself

You have the power to take that step for yourself

It’s a conscious choice. Choose carefully.

When you’re healthy, happy and calm

You’re a better version of yourself

A better lover, a better parent, a better human

Invest in yourself

Take care of your most precious possession: your health

Continue to pay a higher price for higher nutrition

Even if that means less money for stuff that sounds way more interesting and exciting

Investing in yourself means saying no

It’s knowing that everything good comes at a price

That it’s a trade-off

You’ll trade something bad for something good

That’s the easy part

You will also have to trade something great in order to achieve what’s even better

If you truly love yourself, and listen to your inner voice

You’ll find the strength to let go when needed

That voice knows what you need, what you want deep inside, and it’s screaming

You may not hear it very clearly because of the layers of noise all around

If you love yourself, you’ll make a conscious, consistent effort to quiet that noise

In order to hear that seemingly small voice that has such an enormous message for you

Invest in experimenting with the variety of tools that might help you achieve that stillness

Because there is no ending to the most important mission of your life: your wellbeing

You will find what works for you

If you love yourself, you will trust the process and believe in what you can achieve

If you love yourself, sky truly is the limit

Love yourself, choose yourself, believe in yourself

Perhaps one day I will feel confident enough to publish such a text without the foreword explaining where it comes from. Because it does still feel like I need to explain or justify myself. Like anything else, it’s a work in progress I suppose!

May our soul seeking, heart growing, philosophical thinking, and endless curiosity never cease to teach us about life 🙂

Well.ca – Mon top 10 gourmand

« Tu ne connais pas well.ca ? QUOI ?!?!?! ». C’est une ligne que je répète pas mal depuis les 10 derniers mois. Sauf que j’oublie que moi non plus, pré-bébé, j’en n’avais jamais entendu parler.

Well.ca, c’est ma caverne d’Ali Baba. Je me suis retrouvée sur le site par le biais d’une recherche Google quand j’étais en quête de couches Honest en vente au Canada, avant d’adopter les couches lavables (récit de mon aventure à ce sujet bientôt bientôt !).

Quand j’ai accouché, j’ai oublié que des fois, il faut renflouer la maison des items pharmacie. Je vous jure, on n’a jamais autant manqué de papier de toilette ou de pâte à dents que pendant les premières semaines post-partum ! Même chose pour l’épicerie. On a continué de manger clean & green – le rayon des fruits et légumes est la seule section qu’on fréquente de façon régulière au marché. On s’est toutefois vite retrouvés vidés du reste… vous savez, les items dans le placard qui ajoutent du piquant, qui aident à rester créatif dans la cuisine. Nos ingrédients chouchous qu’on se procure quelques fois par saison et qui durent assez longtemps. Je parle par exemple de café, d’un mix d’assaisonnement, de lait végétal, de graines/noix, de vitamines, de collations …  bref de la variété requise pour s’alimenter sainement et savoureusement.

Mon obsession pour le site web et son côté juste trop pratique pour les nouvelles mamans qui ont peine à sortir de la maison ont fait en sorte que c’est devenu mon cadeau de shower  no1. Tout récemment, une bonne amie à qui j’avais offert une carte-cadeau m’a demandé de lui partager mes incontournables du département bouffe. Je fais donc d’une pierre 2 coups en vous les partageant, pourquoi pas !

Petit disclaimer d’entrée de jeu : dans ma liste se retrouve ce que je consomme réellement presque au quotidien. Je ne m’improvise pas nutritionniste là !  Je vous partage plutôt ce qui se retrouve dans mes armoires, ce dont je ne peux me passer, les choses que j’achète en tellement grande quantité que je pourrais remplir un bunker pour mon voisinage héhé.

TOP 10

  1. Poudre de cacao cru

J’en mets PARTOUT J Dans mes smoothies, dans mon gruau, sur mes patates douces, dans mon yogourt, dans des biscuits et j’en passe. C’est bourré d’antioxydants et ça satisfait généralement ma dent sucrée !

  1. Pois chiche en canne de marque Eden sans BPA

Étant principalement végé et bien consciente de la nécessité des fibres dans mon alimentation pour conserver un transit intestinal top shape, j’affectionne toutes les légumineuses mais particulièrement les pois chiches, que je trouve plus croustillants que leurs cousins. Attention aux produits en canne : ces dernières laissent souvent fuir des BPA (qui fouttent en l’air la job des glandes endocrines). La marque Eden propose des produits en canne sans BPA alors je n’achète que ça depuis plusieurs années.

  1. Cannelle bio

Je la mets partout où je mets du cacao héhé. Elle est connue pour activer le métabolisme aussi alors raison de plus de l’adopter !

  1. Choucroute

J’adore les trucs marinés. Les pickles, les câpres, les p’tits oignons… mais surtout la choucroute ! Ce qui la différencie des autres, c’est le fait qu’elle est crue, c’est-à-dire que les bactéries bienfaisantes (probiotiques) qui ont servi à la fermenter sont encore présentes dans le pot. Un must pour la flore intestinale et délicieuse en salade.

  1. Braggs’ Liquid Aminos

Une version plus santé de la sauce soya, que j’ai découvert pendant mon séjour au Vermont. Elle est composée de soya également sauf que contrairement au tamari et à la sauce soya classique, elle contient les acides aminés qu’on retrouve dans le soya, donc possède une valeur nutritive plus intéressante. Je la mélange avec huile d’olive, vinaigre de cidre de pomme, moutarde, levure alimentaire et sirop d’érable pour la meilleure vinaigrette à salade de tous les temps.

  1. Flocons d’avoine entière bio

Pour faire mes overnight oat bowls, mon gruau, la farine céréale de ma fille, épaissir mes smoothies, faire des biscuits… what else ? Étant un grain entier, elle se métabolise lentement donc procure un sentiment de satiété plus longtemps, en plus de posséder une caractéristique réchauffante selon l’Ayurvéda (plus là-dessus à venir !). Un incontournable surtout en saison froide.

  1. Eau de noix de coco King Island

Les différentes marques d’eau de noix de coco varient énormément au goût. Si vous êtes de ceux qui n’aiment pas ça, essayez la marque King Island. Elle conserve le côté sucré qu’on retrouve dans le fruit, sans toutefois avoir cet arrière-goût/texture grasse et bizarre que d’autres marques laissent en bouche. Post-entraînement, dans les smoothies, sur la route, lorsqu’on combat un virus ; ses électrolytes naturels sont toujours les bienvenus (jetez-moi ça, ce Gatorade-là !).

  1. Graines de citrouille bio

Je consomme cette source de bon gras en collation ou pour décorer soupes, salades et gruau. Beaucoup plus goûteuses à mon avis que les graines de tournesol ou de sésame, elles sont aussi riches en fer, en zinc et en protéines.

  1. Swiss Water Décaf Kicking Horse

Enceinte, j’ai troqué la caféine pour du décaf, que je n’ai pas délaissé depuis mon accouchement. Bon, des fois le café est clairement de mise mais j’essaie d’éliminer cette source d’acidité de mon alimentation autant que possible. Je fais attention de choisir des marques fair traide, qui décaféinent le grain via le processus par eau Suisse (versus décapé en faisant l’usage de produits toxiques) et qui sont bios (les plantations de café sont à ce qu’il paraît arrosées de pesticides).

  1. Sirop d’érable bio

Je ne pense pas avoir besoin de vous parler de l’usage que j’en fais 😉 Mais depuis que ma tante et mon oncle ont vendu leur érablière, j’ai dû commencer à le magasiner.

Alors voilà !

CODE PROMO 🙂

Si vous faites le saut,  je vous invite à entrer mon code promo ci-dessous pour obtenir un rabais de 10 $ sur votre premier achat (ils sont débiles en marketing relationnel en plus !) : Avocatetmascara

You’re welcome, merci well.ca d’exister !!

 

PS : Je me procure mes autres incontournables (quinoa, huile d’olive, graines de chanvre, graines de chia, canne de tomates broyées, huile de noix de coco, cœurs d’artichaut marinés, beurre d’amande et de peanut, base de bouillon aux légumes, salsa et hummus) chez Costo parce que ça vient en format géant, ça aussi c’est plutôt pratique !

Up ↑