Chercher

avocat + mascara

Mois

octobre 2016

Mon coming-out

Avez-vous vu passer cette vidéo ?

À la fin, l’auteure affirme “Embrace your many passions, follow your curiosity down those rabbit holes, explore your intersections. Embracing our inner wiring leads to a happier, more authentic life (…)The world needs us”.  BOOM !

Aujourd’hui, j’ai participé à mon tout premier Super Dimanche en tant que coach Beachbody. Ce fût l’une des expériences les plus hautes en vibrations EVER. Je suis assez sensible comme personne alors évidemment, autant de sourires, de larmes, que de gouttes de sueur auront décoré mon visage, ha !

Les 800 participants sont tous des accros du bien-être et ont chacun leur parcours. Nombreux sont ceux qui ont atteint des objectifs santé qu’ils croyaient alors inatteignables. Plusieurs contribuent activement (lire “travaillent très fort”) à changer les vies de centaine de personnes chaque année. Ce faisant, chacun d’entre eux se voient devenir de meilleures versions d’eux-mêmes au sein d’une communauté au bonheur contagieux. #positivevibepositivelife

Je suis une utilisatrice fervente des produits Beachbody et le coaching (le facteur humain :  la valeur ajoutée no1 du modèle d’affaires) a réellement changé ma relation avec l’entraînement. Je suis plus disciplinée et motivée que jamais. Je remarque les résultats sur mon corps mais aussi dans mon cœur ; je suis fière d’être capable de prendre du temps pour moi, même en tant que nouvelle maman. Ça me rend heureuse et mon homme et ma petite fille le sentent eux-aussi. Je crois fermement qu’il n’y aura jamais assez de porte-paroles de la santé pour nous rappeler combien tout cela fait du bien. Et il n’y aura jamais assez de porte-paroles de la santé dans ce Monde lorsque vient le temps d’adresser d’importants enjeux contemporains tels l’obésité et l’incidence de maladies reliées aux mauvaises habitudes de vie. Je suis d’avis que lorsque des outils qui ont fait leurs preuves (comme les programmes et plans nutritionnels Beachbody) sont mis à disposition des amis de nos amis, le monde change petit à petit. Bref, j’y crois et si je peux avoir l’opportunité de m’impliquer en partageant ces outils et toucher la vie d’une, deux, trois personnes… ce sera déjà ça. Des petits gestes pour de grands changements, qu’ils disent.

Je profite donc de ce giga-high qui m’habite pour faire mon coming-out :

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que dans le but de “partager la bonne nouvelle”,  je publierai occasionnellement des selfies de workout, des photos de bouffe et de mes délicieux shake matinaux, ainsi que des petits mots spontanés sur mes inspirations du moment. Peut-être que vous apprécierez. Ou encore ça ne vous parlera pas du tout et c’est bien correct de même. Vous êtes avertis 🙂

Maintenant que ceci est dit : je tiendrai à la mi-novembre un défi 3-Day Refresh, qui pour ma part remettra les pendules à l’heure post-grossesse et accouchement ! Si vous souhaitez en savoir plus, inscrivez-le en commentaire ci-dessous ou sous ma publication Facebook et il me fera plaisir de vous contacter en privé.

Advertisements

Maslow et moi

Lorsque je fais face à une croisée des chemins ou un choc dans mon train-train quotidien (comme immigrer dans un autre pays ou devenir maman), je me questionne sur ma vie. Les grandes questions, vous savez, du genre quelle est ma raison d’être pendant mon passage sur cette planète ?

À tout coup, les grandes questions finissent par m’évoquer la pyramide de Maslow, qui représente la hiérarchisation des besoins de l’être humain. En marketing, on y fait souvent référence. Lorsque j’étais aux études, l’ultime besoin à combler, qui figurait au sommet de la pyramide, était l’accomplissement. La quête de cet aboutissement (doublé d’une touche d’intuition) aura guidé presque tous mes choix de vie jusqu’à présent, tant sur le plan personnel que professionnel.

Pour le plus grand plaisir de la dork de croissance personnelle en moi, je suis récemment tombée sur une version actualisée de la pyramide, qui comporte un nouveau sommet : la transcendance, soit le fait d’aider les autres à s’accomplir. Ça m’a tellement interpellé ! Aider les autres, ou simplement être témoin de leurs réussites, ça me nourrit. C’est la loi du karma : plus on donne, plus on reçoit en retour. Quand on tombe en mode don de soi avec intégrité, on est soudainement envahi d’empathie pour ceux qu’on soutient et inondé d’une bouffée de gratitude envers la vie. Le cœur s’ouvre un peu plus chaque fois où l’on tend la main et un nouveau sourire brille dans le monde. Une vague d’humilité remplace un trop-plein d’amour propre. Ou devrais-je plutôt dire replace l’amour propre, qui, bien dosé, procure la confiance, la sérénité et le courage qui sont requis pour mettre de côté son propre intérêt personnel une fois de temps en temps. Le fait de donner serait-il la clé de la paix dans le monde ? Peut-être ; à ajouter à ma liste de grandes questions perhaps.

Une carrière en relations d’aide aurait pu m’intéresser mais j’ai bien peur que l’éternelle optimiste que je suis aurait trop souffert à m’entretenir à la journée longue avec des gens qui ont mal, tout le temps.  À chacun ses limites je suppose. En quête d’un emploi qui embrasserait interactions humaines et créativité au quotidien, j’ai choisi le marketing, une discipline qui se rapporte d’une certaine façon à la psychologie. Les comportements des gens dans le cycle décisionnel d’achat, c’est ce qui me fascine le plus à propos de ma profession (ayant comme finalité les profits, on ne se le cachera pas). La première étape de ce cycle est la détermination du besoin du consommateur. À partir de là, on travaille à élaborer une solution novatrice, qu’on mettra ensuite en marché. Eh bien je dois avoir le marketing dans la peau car je fais ça dans ma vie personnelle aussi. Quand un ami me partage un souci, j’ai tendance à vouloir décortiquer la situation, à l’analyser et à proposer des outils pour l’aider à progresser… parfois sans même qu’on me le demande (un peu intrusive malgré moi). Que voulez-vous, je suis frappée par un besoin viscéral de partager tout ce que je connais qui pourrait venir en aide. Je le fais de façon assez crue en fait. Certains apprécient cette candeur, d’autres moins. Certains contextes se prêtent mieux à mes interventions que d’autres. Avec l’âge (du haut de mes 30 ans LOL), j’apprends à faire preuve de discernement et à me prononcer uniquement lorsque je pense pouvoir procurer une réelle valeur à mon interlocuteur. Ceux qui me connaissent (même juste un petit peu !) savent que ma faiblesse, c’est la prise en charge de sa santé. C’est une mission de vie, rien de moins !

Pour revenir à la pyramide, je me suis demandé comment je m’y prendrais pour m’élever au niveau de la dite transcendance. Un retour aux études en nutrition, naturopathie ou kinésiologie ? J’adore mon travail actuel et bien évidemment je souhaite entretenir le sentiment d’accomplissement et la dynamique d’équipe qu’il me procure alors un changement radical de carrière est hors de question.

Aider mes pairs à cerner leurs besoins santé, répertorier des articles pertinents, agir à titre de pilier entre eux et divers experts pouvant leur venir en aide, motiver les troupes et les aider à garder un focus sur leurs aspirations en les disciplinant doucement, le tout dans un cadre amical ? Ça, je peux faire ça. Scratch that –Je fais déjà ça dans mes temps libres. Et savez-vous quoi ? J’ai constaté récemment que c’est précisément le rôle d’un coach Beachbody, ce géant du fitness qui mise sur le partage de saines habitudes de vie via un réseau de passionnés qui tiennent des défis de remise en forme sur les médias sociaux. J’en suis à mon 2e défi depuis mon accouchement et les résultats jusqu’à présent, sans parler de ma motivation de feu, sont juste WOW ! Avec mon focus, ma discipline et mes entraînements jumelés à ma pratique de yoga, je devrais être capable de faire ça à nouveau dans pas si longtemps 🙂 #fitnessgoalno1

but

J’ai donc fait le saut, je suis maintenant Coach Beachbody avec l’intention d’infuser à mes groupes astuces en nutrition naturelle, philosophie grano, et encouragements à respecter le rythme de son corps à travers une transformation physique certes, mais intérieure d’abord. Un peu à la façon dont j’enseignais le yoga, seulement sans avoir à sortir de la maison et sans quitter ma Sasha des yeux… l’équilibre que je convoite tant à cette période de ma vie !

Je partagerai mon expérience en tant que cliente de Beachbody depuis 4 ans dans une autre publication mais pour toute question d’ici là, n’hésitez surtout pas 🙂

Avocat, mascara et vie de maman !

3 ans depuis ma dernière publication ? Time flies, they say !

En 2012, ça faisait 3 ans que j’habitais au Vermont, que j’étais devenue végétarienne et que le yoga prenait une place importante dans ma vie. Avant cela, disons que je n’avais pas les meilleures habitudes de vie (rappel ici). Le besoin de partager mon cheminement, mon truc de l’heure ou ma recette de super aliment grandissait à la même vitesse que le regain d’énergie et de vitalité que je ressentais jour après jour. J’étais assoiffée de nouvelles connaissances en matière de bien-être mais incapable de ne pas over-prêcher en ce sens… tellement que je pense avoir cassé les oreilles de plusieurs amis qui n’avaient pas demandé à se faire noyer de toute cette information !

Il devait y avoir d’autres fanatiques comme moi ! On se retrouverait sur le web, que j’ai pensé. En créant mon blogue, je pouvais enfin alimenter ma passion en partageant le contenu que je découvrais et mon parcours, sans toutefois l’imposer devant les moins intéressés. Les intéressés, eux, échangeraient avec moi et on grandirait tous ensemble; Spread the love, quoi !

Également en 2012, j’empruntais un nouveau virage, un chemin qui, je l’ignorais à l’époque, me connecterait avec des figures  marquantes du wellness au Québec, des rencontres coup-de-coeur.  Je terminais ma formation professorale de yoga et m’installais tout juste avec mon mari à Bromont pour commencer un nouveau défi professionnel au BALNEA réserve thermale. Mes parents (de la-famille-la-plus-unie-que-je-connais) venant tout juste de se séparer, ma mère est temporairement venue habiter chez nous, mon mari américain ne parlant pas un mot de français devait se trouver du boulot… je me sentais un peu comme une ancre qui s’efforçait de rester aussi solide que possible. Je savais que tout se placerait comme je tends à avoir assez confiance en la vie, qui m’est assez douce merci (#gratitude).  Après tout, j’étais entourée d’amour, je pratiquais le yoga et je travaillais dans le plus bel environnement du monde. Bref, j’alimentais mon blogue dans ce mood là, celui de l’inconnu.

Tout s’est justement si bien placé que rapidement, je gagnais ma vie (encore vrai aujourd’hui) à marketer l’icône des spas au Québec. Étant inondée de contenu wellness à la journée longue (bonheur !), le blogue a naturellement été délaissé et la vie a continué.

Cette vie, qui m’a guidé vers mon homme il y a déjà 8 ans, ne fait qu’aller en accélérant même si on essaie par tous les moyens de ralentir la cadence. On trouve  tous les 2 qu’on partage notre vie avec la personne la plus merveilleuse de l’univers (la plupart du temps du moins 😉 ce qui fait en sorte qu’on a parfois tendance à être casaniers, surtout depuis la naissance de notre toute première, précieuse création : Sasha. Notre désir de fonder une famille ne date pas d’hier alors il va de soi qu’on imaginait depuis looooongtemps notre progéniture. Combien nos rejetons seront à leur tour les plus cool humains de la Terre. Combien ils seront outillés pour changer le monde, tandis que nous 2 (et bien d’autres) nous serons efforcés de les guider en infusant chaque étapes, chaque seconde, de gentillesse, de pleine conscience et de gratitude.

img_1911

Évidemment, afin de léguer ces importantes valeurs, il faut du temps pour les incarner, soi-même. Comme être nouvelle maman rime souvent avec isolation (malgré les efforts d’entrepreneurs de la communauté à nous rassembler – vive Les Z’Enfantillages de Bromont !), mon congé de maternité m’a forcément fait ralentir. Rien ne me rend plus fière, humble et reconnaissante envers la vie que de prendre soin de ma fille. Toutefois une partie de moi, que j’ai appris à constamment revitaliser à travers les années via l’enseignement et la pratique du yoga (surtout), semble traîner de la patte récemment. Les discussions wellness qui ouvrent les yeux et le coeur, les partages passionnés d’opinions et de trouvailles… tout cela me manque énormément. J’ai besoin de renflouer mes réserves de vitamines-communauté !

Tout ceci étant dit, le retour au travail et la transition en garderie pour Sasha me ramènent dans ce mood familier, celui de l’extérieur de ma zone de confort. C’est cet espace inconnu qui m’avait inspiré à démarrer le blogue et depuis quelques semaines, l’appel se fait ressentir à nouveau ! C’est avec ce trop-plein de petites anecdotes, de questions, de désir d’échanger et de surprises (à venir!) que je ressuscite Avocat + Mascara, qui abordera désormais la quête du bien-être et d’un semblant d’équilibre (!) dans le contexte de ma nouvelle vie de maman !

À très vite 🙂

Up ↑