Chercher

avocat + mascara

Mois

août 2012

Recette de quinoa multicolore et multisaveur pour la fête du travail

La longue fin de semaine est presque là- woohoo! Je sais pas pour vous mais moi j’ai eu une semaine trop longue et hyper haute en émotions faque la longue fin de semaine, je l’attends avec impatience! C’est pas juste un weekend de 3 jours, là. C’est le weekend de la Champlain Valley Fair ici, au Vermont. À chaque année, Gerik et moi planifions au moins une date night à la foire. Ça, c’est en 2010 si je ne me trompe pas 😉

Raison #1 pourquoi j’ai hâte au long weekend : sweet memories (elle a un côté nostalgique, la fille, que voulez-vous…)

La longue fin de semaine, cette année, n’en sera pas une passée en amoureux. Et j’en suis loin d’être déçue! Demain, mes parents, mon frère et ma sœur arrivent en ville avec quelques amis parce qu’on va fêter en grand. Cette année, on ne va pas à la foire que pour les manèges et la barbe-à-papa à l’érable et les jeux d’habileté impossibles à gagner. Cette année, on va à la foire samedi ET dimanche, même si on est grand, parce qu’il y aura de la grande visite… Jason Aldean + Luke Bryan + Zac Brown Band, that is. La plupart d’entre vous ne savent probablement même pas qui ils sont. Pour nous, ce sont des country stars qu’on écoute à tue-tête dans l’auto. Juste pour vous donner une idée, ça doit faire 2 ans que ma sœur suit Zac Brown sur leur site web pour être sûre qu’on ne les manquera pas la fois où ils passeront dans notre coin de pays = NOW : D

Raison #2 pourquoi j’ai hâte au long weekend : country music, baby!

Quand j’ai de la visite, j’essaie toujours de mettre le paquet en ce qui a trait à la bouffe que je sers. J’overthink pas mal, mettons. La plupart du temps, c’est un succès (ben, je pense là… c’est ce que les gens disent, du moins LOL). Mais maudine que j’ai le don de me mettre de la pression. Alors, cette fois, j’ai décidé de cuisiner la recette qui revient trop souvent sur notre table, selon mon chum :

Mon quinoa multicolore et multisaveur!

Ce qu’il vous faut (pour 6 portions) :

– 2 tasses de quinoa sec

– 2 grosses poignées de bébés épinards

– 2 courgettes coupées en dés

– 1 grosse mangue coupé en dés

– 2 avocats coupés en dés

– 3 oignons verts hachés

– 1 grosse tomate heirloom ou 1 tasse de tomates cerise coupées en deux

– 1 canne de haricots noirs bio, rincés

– 1 poignée de cilantro (coriandre fraîche) hachée

– Huile d’olive

– Vinaigre de cidre de pomme

– Sel, poivre et cumin

Directions :

1. Faire cuire le quinoa (dans 4 tasses d’eau- suivre les directions inscrites sur le paquet si vous n’avez jamais fait de quinoa);

2. Pendant ce temps, couper les courgettes, la mangue, les avocats, les oignons verts, la tomate et la coriandre;

3. Placer les épinards dans un très grand bol et y ajouter tout ce que vous venez de couper, ainsi que les haricots noirs;

4. Mélanger le tout (j’aime utiliser mes mains pour évitez de massacrer les tomates et les avocats);

5. Lorsque le quinoa est prêt, le mettre de côté et laisser refroidir;

6. Lorsque le quinoa est tiède, l’ajouter aux autres ingrédients dans le grand bol;

7. Ajouter sel, poivre, huile, vinaigre et cumin au goût.

Raison #3 pourquoi j’ai hâte au long weekend : me délecter d’un met coloré et hyper santé, en compagnie des gens que j’aime le plus au monde.

Qu’est-ce qui sera à votre menu et quels sont vos plans en fin de semaine?

xoxo

Advertisements

Ma guerre contre les muffins prend fin, enfin!

S’il y a un aliment en particulier que j’essaie d’éviter à tout prix depuis que j’ai pris mon tournant santé, c’est bien les muffins qu’on peut facilement se procurer en magasin/café/resto! Je ne pense pas en avoir mangé un à moi toute seule depuis au moins 2 ans… Si vous saviez combien de calories et de sucres se cachent dans un muffin (sucres ajoutés = sneaky devil), vous aussi, vous y penseriez deux fois avant de vous délecter!

Pour moi, apprendre à dire non à un muffin n’a pas été facile du tout… ce fût tout un sevrage, en fait. Au bureau, c’était la treat du vendredi. Quoi de mieux pour célébrer l’arrivée du weekend que muffin + café?!

Mon truc pour résister à la tentation : me coacher à conserver mes « calories-cadeaux » pour des desserts faits de vrai chocolat noir. Ça marche pas pire, j’ai appris à me contrôler assez bien… mais honnêtement, les muffins n’ont jamais cessé de me faire de l’œil, oh well!

Vous pouvez vous imaginer l’extase qui s’est emparée de moi lorsque j’ai fait la découverte des MUthins.

Ce sont de petits muffins (portion humaine/normale, devrais-je dire) à moins de 100 calories, faibles en gras, sans sucres ajoutés, ni colorants artificiels, ni agents de conservation- que des ingrédients naturels! En voici la preuve:

AMEN! Leur site web est en construction mais vous pouvez faire plus ample connaissance avec celles qui semblent être les SEXY co-fondatrices de l’entreprise montréalaise, sur Facebook bien sûr : )

J’ai essayé le MUthins aux carottes et celui aux pépites de chocolat… equally yummy!

XO

Ma rentrée scolaire | Automne 2012

La rentrée scolaire me manque, bon. À l’époque, l’école était plus une obligation qu’autre chose. La passion n’était pas tellement là, malheureusement (comme vous l’avez appris dans un billet précédent). Aujourd’hui, je réalise que c’était du bon temps pareil… surtout à la rentrée! Confectionner mon outfit de la première journée, écouter les périples estivaux de mes classmates, décider avec qui je ferai mes travaux d’équipe… tellement excitant!

Cet automne, je retourne à l’école! Une école où j’ai extrêmement envie d’aller, cette fois! Cet automne, je participe à la formation de professeur de yoga du renommé studio montréalais Naada Yoga : )

Follement amoureuse du yoga, je contemplais l’idée depuis plusieurs mois déjà mais étant « pognée » entre le Vermont et Montréal, c’était difficile de simplement sauter à pieds joints dans un programme à long terme, sans savoir où je finirais quelques mois plus tard. Lorsque j’ai pris connaissance du Naada Yoga Teacher Training (NYTT) d’une durée de 200 heures condensées à l’intérieur de 4 mois, je suis tombée sous le charme!

«La formation de professeur Naada Yoga regroupe des instructeurs de renommée internationale dans un concept d’apprentissage ouvert. Nos instructeurs dévoués ont travaillé en collaboration pour développer un programme qui promeut le yoga comme une activité vivante et en perpétuelle évolution dont les multiples aspects permettent de mieux servir les individus et les communautés, peu importe où ils se trouvent.

La communauté d’enseignement de Naada Yoga comprend des adeptes inspirés et curieux qui désirent cultiver leurs habiletés et transmettre cette expérience vivante à d’autres. Peu importe si vous planifiez enseigner ou désirez approfondir votre pratique personnelle, les programmes NYTT sont idéals pour vous. Nous accueillons toute personne qui a une passion pour le yoga à étudier et à apprendre avec nous.

Les programmes de NYTT favorise un étude approfondie de la pratique du yoga tout en vous permettant de maintenir vos engagements au travail, à la famille, à vos études, et à vos autres activités. Tous les programmes de formation de professeur sont offerts en formule temps partiel et sur le week-end. Les programmes sont modulaires et vous pouvez compléter votre programme à votre gré. » – Tiré du site web de Naada Yoga

Ce que je connaissais – en théorie – à propos de la formation de professeur Naada Yoga était déjà très alléchant. Suite à quelques pratiques inspirantes en studio (où j’ai pu découvrir leur style d’enseignement et enrichir ma pratique personnelle grâce à de nouveaux apprentissages- yayy!), je savais ce qui me restait à faire : m’inscrire sans plus tarder. Je pense bien que c’est l’une des meilleures décisions que j’aurai jamais prise- j’en ai des papillons dans le ventre.

Likez Naada Yoga sur Facebook : )

Bonne rentrée à tous les étudiants inscrits à l’école de la vie!

Végé 101 – Incontournables fruits & légumes

Si vous avez déjà fait votre tour sur mon blogue, vous devriez avoir compris que je favorise une alimentation végétarienne (presque végétalienne) 100% naturelle. Vous ne verriez pratiquement pas de produits transformés chez nous… pour la simple raison que si j’en ai dans mes armoires, je risque de m’empiffrer et d’avoir moins de place dans mon bedon pour y mettre des fruits, légumes, légumineuses, noix et graines- des aliments à la fois délectables et oh combien nutritifs qu’il n’est pas question que je les trompe avec des produits bourrés de sucres, gras, agents de conservation et autres produits chimiques. No way!

Une alimentation végétarienne signifie que mon apport en macronutriments (glucides, lipides et protéines) provient du monde des plantes, tout simplement. C’est bien ça- tout ce que je me mets à la bouche a été planté, a poussé et a été recueilli par une personne assez généreuse pour partager le fruit de son dur labeur. Je trouve ça complètement capotant de réaliser que ce qui me nourrit, c’est l’énergie que la Terre a transmise à ma nourriture! Tellement bien fait, la nature, n’est-ce pas?

Quand on ne mange que des plantes, faut juste s’assurer d’avoir une large variété de plantes au menu et ce, à tous les repas. Une façon facile d’accomplir cela? S’assurer que toutes les couleurs de l’arc-en-ciel se retrouvent dans votre assiette. Inévitablement, on a tous nos incontournables, les chouchoux qui se retrouvent dans notre panier d’épicerie semaine après semaine. Les miens?

–          Greens (épinards, kale, herbes fraîches pour mes smoothies, salades, sautés, etc.)

–          Tomates (ça aussi, ça décore joliment n’importe quelle assiette, qu’on les préfère cuites ou crues)

–          Ananas (un inévitable staple à smoothies, surtout en raison de leurs enzymes digestives top puissantes)

–          Avocats (mon superfood par excellence, need I say more?)

–          Mangues (quand j’ai besoin d’un fix sucré)

–          Baies (fraises, framboises, mures, bleuets, amenez-en! )

–          Carottes et concombres (meilleurs amis de mon juicer et parfaits en collation)

–          Courgettes et piments (pour mes soupes, stir fries & more)

Du rouge au bleu en passant par le vert- c’est tout ce dont vous devez vous rappeler! Bientôt, je vous ferai découvrir mon garde-manger et mon frigo, pour encore plus de surprises à propos des incontournables de Ma cuisine.

Pour les sceptiques qui se demandent où les végétariens trouvent leurs protéines, je vous invite à lire un article hyper bien vulgarisé, courtesy of De Bon Cru. Si vous aimeriez en apprendre davantage sur les bienfaits (les pouvoirs quasi-magiques, devrais-je dire!) d’une alimentation végétarienne, inboxez -moi et il me fera plaisir de vous référer à des ouvrages qui m’ont particulièrement ouverts les yeux. Si toutefois vous n’êtes pas convaincus « pentoute », c’est OK aussi : ). L’important, c’est d’écouter son corps attentivement. Le mien a rejoint son plein potentiel lorsque j’ai arrêté de lui donner de la viande et mes lectures personnelles m’encouragent à maintenir mes convictions végé- mais il est fort probable que vous ayez des craintes ou ayez vécu une expérience difficile. Si c’est le cas, please, share!

Le Guide Conscience Verte 2013

Ça ne paraît peut-être pas vite de même, mais je suis excellente en matière de magasinage! Détrompez-vous- je ne suis pas du genre à m’acheter n’importe quel morceau à la mode (quoique j’aimerais bien, mais je suis broke- oh well).

Ma définition d’une pro-shopper : personne capable de planifier une séance de magasinage (déterminer objectif et budget) et d’accomplir sa mission en s’en tenant au plan initial, i.e. ne pas partir en fou (buster son budget et revenir avec des sacs remplis d’items non-réfléchis). Encore une fois, c’est pas que j’en ai pas envie- j’ai, moi aussi, déjà rêvée d’être la BFF de Carrie dans Sex And The City. C’est juste qu’aujourd’hui, j’ai tout plein d’autres priorités bien plus excitantes que de posséder la nouvelle sacoche dont tout le monde parle. Pas le choix, faut faire ses choix. Life is trade-off,comme un de mes profs à la maîtrise disait : )

Mes autres aspirations sont tellement HUGE que je ne peux simplement pas me permettre de magasiner (dépenser, devrais-je dire) comme je le faisais autrefois. Mes boutiques de linge préférées? Les magasins à rabais (ou ceux ayant des sections de marchandises en vente). Je crois fermement que les Winners de ce monde possèdent une trouvaille unique pour toute occasion (et pas cher, pas cher, en plus)! Pour des achats de plus grandes envergures (meubles, pièces d’art, cadeaux, voyages, abonnements, articles de sport, services professionnels), je fais mes devoirs et m’aventure dans des endroits plus sélects- qualité, bon goût et responsabilité sociale passent avant tout lorsqu’il s’agit d’investissements plus importants.  Oui, je suis prête à payer plus cher pour un produit/marque/fabricant correspondant à mes principes et convictions, mais dépenser beaucoup de sous me donne toujours un petit pincement au cœur…

Imaginez mon euphorie lorsque j’ai découvert Le Guide Conscience Verte, un outil de référence parfaitement harmonieux avec ma mission de vie, yayy!

« Votre “tout en un”.

Le Guide Conscience Verte est à la fois un superbe répertoire bilingue d’entreprises focalisant sur un mode de vie sain, tout en étant un livre de rabais valant plusieurs milliers de dollars.

Vous y trouverez de tout, notamment des produits naturels que vous pouvez acheter un peu partout, des épiceries santé, restaurants, studios de yoga, spas, boutiques de vêtements éthiques et beaucoup, beaucoup plus.

Plusieurs organismes et entreprises figurant dans le Guide offrent des produits et services équitables, biologiques, sans toxines et faits localement. » (extrait du site web)

N’est-ce pas génial, comme idée? Un répertoire à rabais éthiques! Le mien vient tout juste d’arriver chez nous et rien qu’en le parcourant, j’ai découvert une dizaine de détaillants auxquels j’ai très très hâte de payer une visite!

Procurez-vous le vôtre dès aujourd’hui et faites-moi part de vos coups de cœur, sisters!

Création mi-cuite, végétalienne et sans gluten, made by Gerik

La semaine dernière, au retour des vacances, j’avais besoin d’un petit pick me up parce que j’allais passer les 3 prochains jours à Montréal, loin de mon homme. Le quitter pour quelques jours me rend toujours un peu down : (

Tandis que je paquetais mes trucs, Gerik est passé à la cuisine. Je n’avais aucune idée de ce qu’il concoctait mais je savais que je ne serais pas déçue! Il connaît trop bien l’effet qu’une gâterie préparée avec amour peut avoir sur mon humeur- ça me ramène sur mon nuage en un rien de temps, always!

On ne bake pas tellement, à la maison, donc c’est toujours un défi de cuisiner des pâtisseries on the spot. Les défis principaux de dimanche passé? Pas d’œuf. Pas de chocolat. Pas de beurre. Pas d’huile végétale. Pas de farine tout-usage. Pas de lait, ni de crème.

Gerik ne veut généralement pas que je me mêle de ses affaires quand il joue les chefs. Ahh, les hommes! Il ne m’a posé qu’une seule question en cours d’expérimentation : quoi utiliser pour remplacer œuf et beurre, baking’s must-have’s.

Je lui ai donné 2 options crémeuses et collantes avec lesquelles j’étais déjà familière :

1 œuf = une demi-banane = ½ tasse de compote aux pommes

Il a décidé de (1) intégrer pas une, mais les deux options à sa recette et (2) d’ajouter sa petite touche personnelle… ça va comme suit (pour une quinzaine de galettes) :

1. Partir le four à 375*F

2. Mélanger les ingrédients secs dans un grand bol :

–          2 tasses de farine de riz brun

–          1 tasse de flocons d’avoine (du gruau à l’ancienne, pas instantané)

–          ¼ de tasse de sucre brun (pas de la cassonade, là- du sucre brun pas raffiné)

–          1 cuillérée à thé de canelle

–          1 pincée de sel

3. Mélanger les ingrédients liquides dans un autre bol :

–          ½ tasse de compote aux pommes

–          1 cuillérée à soupe de mélasse

–          1½ tasse de lait de noix de coco

4. Verser le mélange liquide dans le grand bol.

5. Ajouter les touches spéciales de Gerik :

–          Une banane noircie au four afin qu’elle soit bien molle!

–          ½ tasse de canneberges séchées (j’aurais préféré des chocolate chips, mais bon- on fait avec ce qu’on a)

6. Goûter la pâte crue, les yeux fermés- miammmm.

7. Huiler une tôle à biscuit à l’aide d’un linge imbibé d’huile de noix de coco.

8. Faire des boules avec le mélange (grosseur d’une balle de golf) et placer sur la tôle.

9. Placer au four pendant MAXIMUM 12 MINUTES. Keep an eye on it ***La consistance mi-cuite, c’est la clé, ici. Laissez le tout au four jusqu’à ce que vous soyez capable de gentiment appuyer sur les galettes avec une fourchette et qu’elles glissent sur la tôle en un morceau solide, sans que ça ne colle ou que la galette ne se désintègre. C’est ça, un mi-cuit. Capitch?

10. Déguster lentement et partager avec les copains (pour moi, cette étape fût un échec total. Les galettes sont tellement savoureuses qu’elles sont toutes parties en une seule soirée… oops!)

Si j’avais eu mon mot à dire, des graines de chia auraient aussi finies là-dedans, pour un boost de nutrition. Vous, que rajouteriez/changeriez-vous?

Doux souvenirs, happy pill & pacte comme-dans-les-films

Si je vous demandais de réfléchir à votre enfance et de partager un moment sweet de l’époque où vous étiez toutes petites, vous auriez sûrement une panoplie d’histoires à raconter, vrai? Moi, j’en ai « à pu finir », des histoires qui seront gravées dans ma mémoire à jamais. Mes parents ont fait une méchante bonne job avec moi, mon frère et ma sœur, pour qu’on ait autant de epic memories que possible! Des petits moments coquins aux grands happenings glorieux; par chez nous, on en a eu la chance d’en voir et d’en vivre de toutes les couleurs. Nos parents ont réussi à créer des traditions « à effet happy pill » qui nous tiennent très fortement à cœur, encore aujourd’hui. J’y pense là là parce que bon nombre de ces traditions prennent place au mois de septembre, qui approche à grands pas. Sérieux, on l’attend à l’année longue, le mois de septembre… and it’s right around the corner. Yéééé!

Ces traditions et rassemblements (je vous les décris tous en détails le mois prochain!), qui nous remplissent de bonheur année après année, ont eu tout un effet sur la façon dont j’ai décidé de mener ma vie, une fois sortie du nid familial. Entres amies, on a nos traditions girlie sacrées. Avec mon chum, on a notre routine-tendresse. Avec les saisons, différentes habitudes & moods reviennent de façon cyclique. J’adore le réconfort que ce genre de train-train me procure (un peu old school la fille? Yup.)! Ça me fait tellement de bien.

En ce moment, je traverse une période HYPER excitante… tout plein de défis & changements positifs sont sur le bord de se pointer le nez. Je trippe sur l’adrénaline qui accompagne le fait de sortir de sa zone de confort, don’t get me wrong- mais pour être honnête, j’ai aussi un peu peur de l’effet que tout ce chaos aura sur mon petit-bonheur très peace&love.

Je suis assez warrior et pense être quand même bien préparée à l’affronter, ce géant chaos. Mais on n’est jamais assez prudent, bon. Pour m’aider à traverser cette période paisiblement, ma sœur et moi avons fait un pacte, comme dans les films : ) Je l’adore, ma sœur! (BTW, est-ce que j’ai mentionné qu’elle a finalement décidé de s’initier au yoga? And guess what? She LOVES it!!!)

Notre pacte: À chaque semaine (et avec 2 semaines de mission accomplie, déjà), we’ll get our Vinyasa on, ensemble, au moins une fois par semaine ET notre pratique en duo sera suivie d’un casse-croutte au Crudessence, ce resto de cuisine végétalienne et vivante tout droit tombé du ciel! Ça devrait faire l’affaire pour m’aider à surmonter le roaller coaster d’émotions qui m’attend. Mouhaha!

Dans notre assiette, ce soir : leurs sushis vegan. Delishhhh.

Bonne nuit!

Xo

 

Moi aussi, j’en veux une passion

Ça y est, mes vacances sont presque finies. Pour joliment terminer notre séjour à Cape Cod, j’ai eu un petit caprice. Un dernier cours de power yoga avant de quitter, please.

Malgré le fait qu’on avait décidé de partir tôt en avant-midi en raison des 5 heures de route qui fallait se tapper, Gerik (best hubby ever) s’est carrément foutu du délais que ça allait causer et m’a poussée à aller me joindre aux yogis du Cape pour une dernière fois. Yééé!

20120810-204907.jpg

Mon homme, il sait combien ma pratique est importante pour moi. Peut-être qu’en secret, il se dit: « elle ne sera pas du monde sans son daily yoga » (hehe). Ou peut-être qu’il comprend simplement la signification du mot passion.

Quand je l’ai rencontré, on était presque à 100% sur la même longueur d’ondes. Mêmes valeurs old school, mêmes passe-temps, mêmes goûts tant côté musique que cuisine, mêmes rêves et vision sur la vie… A-ma-zing! Je dis presque à 100% parce qu’il me clanchait sur un point bien précis: sa passion. Il parlait de la nature et des arbres (sans joke) avec des étoiles dans les yeux. À l’époque où je jouais avec mes Barbies, petit-Gerik-dans-le-carré-de-sable avait déjà eu son calling: devenir architecte de paysagement, i.e. transformer des terrains sans vie en véritables oeuvres d’art (maman est artiste).

Depuis ce jour, il a pris toutes ses décisions dans le but de continuer à grandir à travers sa passion et il toujours demeuré fidèle à cette passion. Si inspirant!

Pendant ce temps, moi, je terminais des études supérieures en marketing. Est-ce que c’était une passion? Non, pas tout-à-fait. Ça me fait tripper mais je suis loin d’en avoir des étoiles dans les yeux. Quoi alors? Moi aussi, j’en voulais une passion!

Quelques années plus tard, maintenant que j’y réfléchis, je trouve l’ancienne Karine un peu silly! Cute, certes, mais vraiment silly! On ne peut pas partir à la recherche d’une passion; bien au contraire- à mon avis, la passion te pogne par surprise. Elle te rentre dedans profondément, tellement qu’il devient impossible de juste penser à s’en débarrasser!

Ce qui me tient à coeur plus que tout au monde? La santé et le bonheur des gens que j’aime (moi-même, d’abord et avant tout). Cette passion m’a toujours accompagnée- quand j’étais la confidente/psy des copines dans la cour d’école, tout comme quand je faisais des crises à maman pour qu’elle achète du pain brun (pas du blanc!). Ma passion se manifestait de façon plutôt subtile mais à y repenser, tout revenait toujours au même: inspirer mes proches à prendre des décisions plus sages.

Aujourd’hui, ce sont mon blogue sur le tout-wellness, mes lectures sur la nutrition holistique et ma pratique du yoga qui nourissent ma passion. Elle se définit lentement (je suis maintenant capable de la verbaliser alors c’est bon signe!) mais sûrement- so exciting! Le simple fait d’écrire ceci me remplit de bonheur : )

Tout cela, mon homme le sait. Je suis infiniment chanceuse et reconnaissante d’avoir quelqu’un d’aussi ouvert d’esprit et humble et engagé et passionné avec qui partager ma vie.

Vous comprenez pourquoi je n’ai pas pu dire non lorsqu’il ma demandé de faire un détour de 2 heures entre le Cape et Burlington pour visiter son paradis à lui: le New England Bonsai Garden. Regardez-lui les yeux…

20120810-210908.jpg

Road trip à mon goût à moi

Je suis à Cape Cod depuis dimanche. La grand-tante de Gerik (mon homme) a une maison d’été ici et on a la chance d’être invités à passer une semaine au paradis de la Nouvelle-Angleterre à chaque mois d’août. C’est tellement charmant, le Cape. Maisons colorées, jardins parfumés, galeries d’art/cafés sympathiques, variété de restos avec vue sur la mer, rien de moins!

La belle-famille a ses traditions, qu’on prend bien soin de répéter à tous les étés pour refaire jaillir de vieux souvenirs. So sweet! Ça inclut généralement: gros déjeuners irlandais tard en matinée, Nauset Beach (la plage préférée des touristes), Seafood Sam (un comptoir rapide où l’on sert des fruits de mer- frits plus souvent qu’autre chose), mini-put au Pirates’ Cove (de loin mon highlight des vacances!). Ces traditions sont trippantes (pour de vrai!) mais cette année, c’est plus fort que moi- je ne peux pas faire taire la bibitte-santé qui vit en moi! Contrairement à moi, yoga, workout et bouffe végé+bio ne prennent pas de vacances.

Le hic, c’est que je suis une invitée très classy et reconnaissante- la dernière chose que je souhaite, c’est d’offusquer mes hôtes en voulant faire à ma tête. Cependant, faire à sa tête + demeurer authentique à la personne qu’on est = pur bonheur. Pas question que je m’en passe ! Par chance, j’ai une belle-maman très free-spirited qui nous encourage à faire ce dont on a envie (parce qu’elle-même n’aimait pas trop avoir à suivre l’horaire préétabli par sa tante dans son jeune temps).

Voici quelques activités/découvertes santé que je suis parvenue à plugger dans mon agenda jusqu’à maintenant :

Souper sans gluten: Grâce aux applications comme Urbanspoon, trouver un resto selon des critères bien définis = a piece of cake! Après 5 heures de route dimanche, Gerik et moi avions le goût d’une bouffe digne de notre cuisine à nous. J’ai trouvé le Cape Cod Chat House, une galerie d’art qui confectionne des petits plats pour tous les goûts. On a été servi par le proprio, qui m’a même donné sa recette de gazpacho en me voyant la dévorer tout rond. J’ai aussi fait le plein de muffins aux bananes et zucchinis sans gluten de la veille (1$ seulement, une vraie joke!).

Run, Karine, run! Y’a rien de plus facile que de mettre son cadran 30 minutes plus tôt que les autres et de jogger autour du voisinage avant même que la journée ne commence. Faut juste un peu de discipline, rock stars!

Power Yoga of Cape Cod: Une amie qui habite à Boston avait déjà mentionné ce studio situé à quelques minutes de la maison. Étant donné que 4 pratiques sont offertes par jour, aucune excuse n’aurait été bonne pour ignorer ma pratique sacrée! Mis à part le fait qu’on était 50 yogis squeezés l’un sur l’autre avec à peu près pas d’espace pour lever les bras, dans une salle chauffée dans le tapis, ça aura totalement valu le coup. Namaste!

Road trip culturel à Provincetown : L’an passé, on avait passé une courte journée pluvieuse à Provincetown, au bout du Cape. J’avais adoré cette petite ville remplie de cachet et reconnue pour sa gay pride. La vibe bohémienne s’est emparée de nous aussitôt qu’on a mis le pied en ville. Les gens sont visiblement heureux, c’en est contagieux! Impossible de ne pas avoir le sourire aux lèvres en parcourant les petites rues piétonnières qui inspirent paix, amour et de simplicité.

Ce qui reste à venir:

Randonnée de vélo : Demain, on part pour les trails longeant le canal! Rien de mieux qu’un décor marin pour joliment faire pomper son cœur quelques heures durant. À suivre!

Community yoga gratuit : Dans la plupart des centres urbains, on peut trouver un studio de yoga offrant un cours gratuit par semaine. C’est une excellente façon d’encourager les locaux à s’initier au yoga un petit plaisir gourmand pour les touristes amateurs de yoga!

Concert sur la plage : La musique est généralement center stage dans les guides touristiques ou calendriers d’évènements souvent affichés sur les murs des commerces. C’est dans un de ces guides qu’on a pris connaissance d’une série de concerts qui ont lieu tous les jeudis à Nauset Beach. Danser sur la plage? Yes, please : )

Avez-vous déjà visité Cape Cod? Je retourne au Vermont vendredi, alors envoyez-moi vos coups de cœur ASAP!

Up ↑